la question du jour : mais que chanteront donc les rappeurs dans 20 ans ?

la question du jour : mais que chanteront donc les rappeurs dans 20 ans ? dans christoflash rap-attitude

@ marc ronson

… cette semaine j’étais en déplacement sur Nîmes et j’ai donc fait beaucoup d’automobile à écouter la radio, de la musique, à regarder des paysages, des stations shell, à penser un peu, beaucoup, passionnément… Soudain en écoutant une chanson du dernier et excellent album de Benjamin Biolay, le titre « Ne regrette rien » avec le rappeur Orelsan (très belle chanson au passage) je me suis demandé une chose toute bête qui devient la question du jour :

Mais que chanteront les rappeurs d’aujourd’hui dans 20 ans ?

Certains ne feront plus de chansons à ne pas en douter, et peut être tant mieux pour nos oreilles, d’autres continueront à chanter, mais quoi, toujours du rap, autre chose, mais qu’est-ce que cela pourrait bien être ?

Avez vous une idée ?

De mon côté, je pense que finalement il chanteront une chanson française beaucoup plus classique, assagie voire dans le pire des cas une soupe-variété. Les punks se sont bien assagis avec le temps, idem pour les rockers made in France comme Jean-Louis aubert, Kent, Bernie Bonvoisin… and co…

La rébellion finie toujours pas passer semble t-il…



la petite phrase de murakami :

la petite phrase de murakami :  dans la petite phrase haruki-murakami_apaisado

… cette semaine la petite phrase de l’écrivain japonais Haruki Murakami dont je suis en train de lire le dernier beau et dense roman 1Q84 (tome 1) offert par une amie, Miss Bigoudi :

« … A certains moments, le temps est si lent qu’il est difficilement supportable, à d’autres, il fait des sauts en avant ».

Haruki Murakami, écrivain atemporel, 1Q84, 10/18, 2012




les mots de la guerre…

les mots de la guerre... dans christoflash voir-plus-haut-1914-285949

… 14… enfin un nouvel opus / roman / texte du grand écrivain Jean Echenoz. Livre paru le 4 octobre dernier il emballe mon imaginaire et mon envie de le lire au plus vite. 14 ou la grande guerre dans une version dense, épique, condensée,  humaine et nécessaire.

« Comme le temps s’y prêtait à merveille
et qu’on était samedi, journée que sa fonction
lui permettait de chômer, Anthime
est parti faire un tour à vélo après avoir
déjeuné. Ses projets : profiter du plein
soleil d’août, prendre un peu d’exercice
et l’air de la campagne, sans doute lire
allongé dans l’herbe puisqu’il a fixé sur
son engin, sous un sandow, un volume
trop massif pour son porte-bagages en fil
de fer. Une fois sorti de la ville en roue
libre, pédalé sans effort sur une dizaine de
kilomètres plats, il a dû se dresser en danseuse
quand une colline s’est présentée, se
balançant debout de gauche à droite en
commençant de suer sur son engin. Ce
n’était certes pas une grosse colline (…) »

… un extrait de la première page de ce roman comme une friandise tentatrice… je cours le trouver pour le dévorer.

14 de Jean Echenoz ici…

 

14-jean-echenoz-150x150 14 dans idées cadeaux



la petite phrase de françois weyergans…

la petite phrase de françois weyergans... dans la petite phrase f-weyergans

… cette semaine la petite phrase de l’écrivain François Weyergans dont je suis en train de lire le dernier et beau roman :

« … Etre déprimé, ça montre qu’on a une certaine conscience.

Enfin pas trop déprimé quand même… »

François Weyergans, écrivain de l’amour, Royal Romance, Julliard, 2012

cocktail royal romance…



la petite phrase de Schasslamitt…

la petite phrase de Schasslamitt... dans idées cadeaux 9782917084465

 

… cette semaine la petite phrase introductive à l’étrange récit « Schasslamitt » de Bérengère Cournut :

« Albertine, Léocadie, Ciboulette, Uriana, Schasslamitt et compagnie… Inspirée par l’amour des noms étranges et des êtres chers, Bérengère Cournut trace des miniatures, des portraits, de petites vies, où l’exceptionnel vient se nicher dans l’anodin. Il ne sert à rien de résumer ces histoires. Juste dire qu’elles sont frappées au coin de l’étrange et du quotidien. Lisez-les à haute voix, elles vous transformeront en oie ».

Bérengère Cournut, écrivain de l’étrange curiosité, Schasslamitt, Editions Attila, 12

Schasslamitt ici…



la petite phrase de sylvie gracia…

la petite phrase de sylvie gracia... dans la petite phrase gracia

… cette semaine la petite phrase de l’écrivain et éditrice Sylvie Gracia entendue hier soir dans l’émission du Jour au lendemain sur France Culture :

« … Montpellier ne vit plus puisque je n’y vis plus… ce n’est plus qu’un espace de souvenirs… »

Sylvie Gracia, écrivain des visages, Le livre des visages, 2012

le livre des visages en écho…

 



la petite phrase de Rose Bertin…

la petite phrase de Rose Bertin... dans christoflash rosebertin

Rose Bertin

… cette semaine la petite phrase de Rose Bertin, Modiste de la Reine Marie-Antoinette :

« Il n’y a de nouveau que ce qui a été oublié… »

Rose Bertin ou « Mademoiselle Martin », modiste inspirée, 1747-1813



la petite phrase de Claude Miller…

la petite phrase de Claude Miller... dans ceci n'est pas soldé claudMiller1

… cette semaine et avec tritesse la petite phrase de Claude Miller, cinéaste que j’aime(ais) beaucoup :

« La seule arme des enfants contre le monde, c’est l’imaginaire… »

Claude Miller, cinéaste de l’ombre émotion, 1942-2012



la résistance des langues…

la résistance des langues... dans c'est renversant ! langue_1

peinture, stéphane soularue, 2006

… c’est renversant il existerait entre 3 000 et 7 000 langues vivantes dans le monde… la grande difficulté réside dans le fait de distinguer clairement les frontières langues vivantes et dialectes plus discrets ! Tout le monde s’accorde à voir l’anglais envahir depuis l’après seconde guerre mondiale notre quotidien, nos conversations, nos courriels, notre cinéma, nos conversations… pour autant il parraîtrait que le français depuis longtemps s’exporte très bien au coeur de la langue anglaise. Les mots sont présents dans le quotidien et lorsque l’on écoute des conversations ou des films en VO le charme opère. A côté de cette poésie du quotidien, la langue est aussi un combat et une armada des plus offensive afin de construire sous influence un monde culturel normatif. L’anglais comme influence incidieuse ? Le célébre linguiste Claude Hagège résiste à sa manière sans caricature mais avec intelligence pour une langue comme une pensée constructive et humaine !

« La Semaine de la langue française, qui vient de s’achever, n’aura pas suffi à mettre du baume au coeur de Claude Hagège. Car le constat du grand linguiste est sans appel : jamais, dans l’histoire de l’humanité, une langue n’a été « comparable en extension dans le monde à ce qu’est aujourd’hui l’anglais ». Oh ! il sait bien ce que l’on va dire. Que la défense du français est un combat ranci, franchouillard, passéiste. Une lubie de vieux ronchon réfractaire à la modernité. Il n’en a cure. Car, à ses yeux, cette domination constitue une menace pour le patrimoine de l’humanité. Et fait peser sur elle un risque plus grave encore : voir cette « langue unique » déboucher sur une « pensée unique » obsédée par l’argent et le consumérisme. Que l’on se rassure, cependant : si Hagège est inquiet, il n’est pas défaitiste. La preuve, avec cet entretien où chacun en prend pour son grade… » (souce : lexpress.fr)

le petit mot du grand linguiste : Vous allez plus loin, en affirmant qu’une langue unique aboutirait à une « pensée unique »…

« Ce point est fondamental. Il faut bien comprendre que la langue structure la pensée d’un individu. Certains croient qu’on peut promouvoir une pensée française en anglais : ils ont tort. Imposer sa langue, c’est aussi imposer sa manière de penser. Comme l’explique le grand mathématicien Laurent Lafforgue : ce n’est pas parce que l’école de mathématiques française est influente qu’elle peut encore publier en français ; c’est parce qu’elle publie en français qu’elle est puissante, car cela la conduit à emprunter des chemins de réflexion différents ».  

L’entretien de Claude Hagège ici…

… tout est dit, et bien dit, édifiant et résistant, merci Monsieur Hagège de rester vigilant et de nous inviter à l’être encore plus.

A la semaine prochaine pour une autre « exclusivité » ou scoop (la version anglaise !) renversante, sidérante, amusante ou attachante…

 



la petite phrase de Régis Debray : le temps du sacré…

la petite phrase de Régis Debray : le temps du sacré... dans idées cadeaux the-golden-years7

peinture, balthus…

… cette semaine la petite phrase de l’essayiste Régis Debray qui écrit et dit des choses que j’aime beaucoup :

« Le sacré ne dure pas toujours mais il y a toujours du sacré… »

Régis Debray, le dicours médiologique, Jeunesse du sacré, Gallimard, 12



12345...10

Les Créations de Cindy |
Aux Arts etc... |
yannickguilloguitariste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des animes en directe
| diattadavid03
| raph's blog