le souvenir…

le souvenir... dans la petite phrase wp_000869

photo, christo, juin 13

… cette semaine la petite phrase de Sophie Pujas :

« … le souvenir est un autre nom de l’oubli… »

Sophie Pujas, écrivain, Z.M., Gallimard 



la petite phrase made in belgique…

la petite phrase made in belgique... dans christoflash 461390031

photo, source : javierphotos

… enfin le calme après la tempête sidérante de mars / avril, le soufflet de l’ineptie est retombé et nous pouvons parler avec humour du mariage pour tous depuis que la loi a été votée le 23 avril 13. Le petit livre suivant « Le mariage pour tous, les murs ont la parole » recense de nombreuses phrases slogans glanées lors des manifestations des « Pour » sur les divers supports de résistance. Une petite phrase comme un clin d’œil affectif à mes amis belges et à leurs excellentes gaufres comme pourra en attester ici Mister CuiCui :

« La Belgique a légalisé le mariage depuis 2003 ! Le pays existe toujours et les moules se mangent encore avec des frites…»

Le petit livre pour tous, le mariage pour tous, les murs ont la parole, édition Tchou, 2013

pour aller plus loin l’émission les chemins de la connaissance « Genre et sexualité : le grand chambardement ? »…



la petite phrase de marie ndiaye…

la petite phrase de marie ndiaye... dans idées cadeaux 78171342

… cette semaine la petite phrase d’un écrivain bien aimé, Marie Ndiaye qui publie apparemment un beau roman sur la honte d’une mère abandonnée par son mari et de tous, comment faire avec et sublimer cela… en appelant notamment sa fille Ladivine mais pas que :

« Sa cuisine répandait toujours un parfum sain, savoureux et doux comme elle, la mère de Malinka qui chantonnait, esquissait sur le carrelage les pas rapides d’une danse glissée, ne se plaignait, ni ne grognait jamais. »

Marie Ndiaye, les mots des femmes, Ladivine, Gallimard, 13



la petite phrase de tanguy viel…

la petite phrase de tanguy viel... dans idées cadeaux 900770_viel

… la semaine dernière j’ai entendu dans Du jour au lendemain sur France Culture un entretien avec Tanguy Viel, un écrivain que j’adore depuis son premier roman Le black note. Il sort ces jours-ci son nouveau roman La disparition de Jim Sulivan aux chères Editions de minuit. Le roman très malin sur la création d’un roman qui serait le roman monde ou le roman à l’américaine pour une narration fleuve et touchant tout le monde mais réduit aux clichés du genre sublimés et détournés en seulement 160 pages, un comble pour un roman américain qui généralement compte souvent près de 600 pages !

« Je ne dis pas que tous les romans internationaux sont des romans américains. Je dis seulement que jamais dans un roman international, le personnage principal n’habiterait au pied de la cathédrale de Chartres. Je ne dis pas non plus que j’ai pensé placer un personnage dans la ville de Chartres mais en France, il faut bien dire, on a cet inconvénient d’avoir des cathédrales à peu près dans toutes les villes, avec des rues pavées autour qui détruisent la dimension internationale des lieux et empêchent de s’élever à une vision mondiale de l’humanité. Là-dessus, les Américains ont un avantage troublant sur nous : même quand ils placent l’action dans le Kentucky, au milieu des élevages de poulets et des champs de maïs, ils parviennent à faire un roman international ».

Tanguy Viel, écrivain parfait, La disparition de Jim Sulivan, Editions de minuit, 13

tanguy viel minuit pile…



la petite phrase de jean échenoz…

la petite phrase de jean échenoz... dans la petite phrase rv-ad636_echeno_g_20110720215653

… à l’heure ou le très beau court roman Ravel de Jean Echenoz est adapté au théâtre revenons sur une petite phrase de l’écrivain :

« On s’en veut quelquefois de sortir de son bain. D’abord il est dommage d’abandonner l’eau tiède et savonneuse, où des cheveux perdus enlacent des bulles parmi les cellules de peau frictionnée, pour l’air brutal d’une maison malchauffée. »

Jean Echenoz, écrivain du court récit, Ravel, éditions de minuit, 2006

Invité aussi de La matinale du 5 avril sur France Musique



la petite phrase de daniel darc…

la petite phrase de daniel darc... dans ceci n'est pas soldé 1151780461

 

… ce matin au saut du lit j’étais dans un état de tristesse en apprenant la disparition du chanteur Daniel Darc. Fondateur du groupe culte Taxi Girl et du tube new wave internationnal « Cherchez le garçon », sa carrière en solo fut teinté d’ombre et de lumière avec un firmament en 2004 et son très bel album « Crève cœur »

La petite phrase de Daniel Darc :

« La nudité est l’éloquence de la chair »

 

Daniel Darc, chanteur cold wave

Daniel Darc sous influence divine…



la petite phrase de Muriel Grateau…

la petite phrase de Muriel Grateau... dans la petite phrase mg-portrait-v2-72dpi1

… cette semaine la petite phrase pleine de bon sens de la créatrice de bijoux et d’objets des arts de la table, Muriel Grateau :

« On avance dans la vie en faisant des choix. A notre époque, qui déborde de propositions, c’est important de savoir trier. Ce sont ces sélections d’objectifs, d’objets, de vêtements qui définissent notre style. »

Muriel Grateau, la femme et la table, in AD, janvier 13



la petite phrase de francis picabia…

la petite phrase de francis picabia... dans la petite phrase picabia

… pour bien finir la semaine et commencer un dada weekend voici la petite phrase du jour du poète-peintre Francis Picabia :

« Pendant que vous lisez ces lignes, Sucez je vous prie le jus d’une cerise »

Francis Picabia, l’artiste à la vie dada…



la petite phrase de JB Pontalis…

la petite phrase de JB Pontalis... dans ceci n'est pas soldé jean-bertrand_pontalis

… cette semaine tristesse 2 mais aussi, dès lors, la petite phrase du grand psychanalyste et écrivain JB Pontalis disparu le 15 janvier 13. Je me souviens avec émotion avoir lu avec attention son vocabulaire de la psychanalyse (co-écrit) avec Laplanche et Lagache lorsque j’étais en fac de psychologie. Voici une petite mais grande phrase de l’auteur :

« Il y a  bien des façons de passer à l’acte. Se taire en est une. »

JB Pontalis, psychanalyste des mots, in, La traversée des ombres, Gallimard, 2003



la petite phrase de Sôseki : à l’ombre du brouillard…

la petite phrase de Sôseki : à l'ombre du brouillard... dans la petite phrase la-maison-japonaise

Cette semaine la petite phrase d’un grand écrivain japonais que j’adore, Natsume Sôseki :

« Dans ce jardin, il y a une belle pelouse, et quand le printemps apporte ses tièdes journées, un vieillard à barbe blanche vient se chauffer au soleil. Il y a toujours avec lui un perroquet qui reste perché sur son bras droit, et le vieil homme approche son visage du bec de l’oiseau, si près qu’on croit qu’il va se faire picorer… »

Natsume Sôseki, écrivain pour petits contes de printemps, picquier poche, 1999 



12345...10

Les Créations de Cindy |
Aux Arts etc... |
yannickguilloguitariste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des animes en directe
| diattadavid03
| raph's blog