l’attaque des rêves…

Image de prévisualisation YouTube

 

… depuis plusieurs jours je replonge dans le passé de ma discothèque préférée et voici que tourne en boucle Dream Attack (1989) des sublimes New Yorder… quelle beauté et claque tant pour les oreilles et les yeux… virevoltant à jamais parmi les sons incessants et soudain mon samedi ne sera jamais plus pareil…



christorama en téléportation immédiate….

Image de prévisualisation YouTube

… attention de manière imminente ce blog va s’autodétruire et je vous donne rendez-vous immédiatement sur ma nouvelle planète qui se nomme :

www.christorama.fr 

Voilà, un nouveau monde qui va se construire progressivement avec l’aide précieuse de l’ami Gilles Catishima. Merci de votre indulgence pour les petits ajustements dans les jours et semaines à venir.

En avant, l’aventure continue, et merci de votre fidélité et de vos commentaires / avis pour que ce nouveau blog soit toujours le plus beau du monde ou presque :)

A suivre, ici…



crazy stupid love movie…

Image de prévisualisation YouTube

 

… c’est mercredi et l’heure de ma séance ciné adoré. Je vous propose de (re)découvrir le singulier et hilarant film américain Crazy stupid love réalisé par Glenn Ficarra et John Requa, sorti en 2011 avec Steve CarellRyan GoslingJulianne MooreEmma Stone. Cela ressemble à une vulgaire comédie américaine bien lourde et à l’humour bien grand et pourtant cela n’a rien avoir avec tout cela et est plutôt une comédie douce amère, un brin étrange et décalée. Il a des scènes d’un humour corrosif irrésistible. J’ai adoré ce film aux acteurs si bons, beaux et élégants, qui m’a provoqué un rire salvateur.

Synopsis :

A tout juste quarante ans, Cal Weaver mène une vie de rêve – bonne situation, belle maison, enfants formidables et mariage parfait avec sa petite amie du lycée. Mais lorsqu’il apprend que sa femme, Emily, le trompe et demande le divorce, sa vie « parfaite » s’écroule. Pire, dans le monde des célibataires d’aujourd’hui, Cal, qui n’a plus dragué depuis des lustres, se révèle un modèle d’anti séduction. Passant désormais ses soirées à bouder tout seul au bar du coin, l’infortuné Cal est pris en main comme complice et protégé d’un séduisant trentenaire, Jacob Palmer. Pour l’aider à oublier sa femme et à commencer une nouvelle vie, Jacob tente de faire découvrir à Cal les nombreuses perspectives qui s’offrent à lui : femmes en quête d’aventures, soirées arrosées entre copains et un chic supérieur à la moyenne.
Cal et Emily ne sont pas les seuls en quête d’amour: le fils de Cal, Robbie, 13 ans, est fou de sa babysitter de 17 ans, Jessica, laquelle a jeté son dévolu… sur Cal ! Et en dépit de la transformation de Cal et de ses nombreuses nouvelles conquêtes, la seule chose qu’il ne peut changer reste son coeur, qui semble toujours le ramener à son point de départ.



toujours MD…

md

photo christo, focus de la couverture Télérama du 5 au 11 mars 14

… cette semaine la petite phrase de la sublime MD (Marguerite Duras) incontournable et incontournée ici et à Bruxelles je sais. A l’honneur des Unes lettrées (on oubliera l’inconsistant dernier numéro de Lire sur MD) pour s’intéresser rien qu’à son oeuvre essentielle et nécessaire à ma/nos vie/s :

« Face à la cheminée, le téléphone, il est à côté de moi. A droite, la porte du salon et le couloir. Au fond du couloir, la porte d’entrée. Il pourrait revenir directement, il sonnerait à la porte d’entrée :  » Qui est là. – C’est moi. » Il pourrait également téléphoner dès son arrivée dans un centre de transit :  » Je suis revenu, je suis à l’hôtel Lutetia pour les formalités. » Il téléphonerait. Il arriverait. Ce sont des choses qui sont possibles. Il en revient tout de même. Il n’est pas un cas particulier. Il n’y a pas de raison particulière pour qu’il ne revienne pas. Il n’y a pas de raison pour qu’il revienne. Il est possible qu’il revienne » (…).

Margerite Duras, écrivain de la douleur, in La douleur, POL

MD in Sur les docks, France culture…

 



le soleil se lève à l’est…

eastern-boys pic

… encore des histoires de garçons qui se cherchent, qui se trouvent, qui sont là pour cela ou placés là pour faire croire que. Des désirs et des feintes, des émotions étranges et sociales. Voici donc venir Eastern Boys, le nouveau film de Robin Campillo, co-sénariste de Laurent Cantet avec comme acteurs Olivier RabourdinKirill EmelyanovAitor Bourgade… Le tout semble aussi embrasser plus qu’un énième film sur la gay attitude mais toucher au polar social et à la chronique d’une Europe qui ne sait pas quoi faire de ses clandestins amants, aimés ou ambigus.

Eastern boys, premières images…



jan palach, le sacrifice…

palach

jan palach, 1966

… quelle joie, Arte TV diffuse une mini série de 2 épisodes sur la tragédie romantique et poétique d’un jeune héros tchèque qui par conviction s’immola à Prague en 1969. Le mythe Jan Palach était né entre tragédie, engagement et rébellion contre l’intrusion soviétique. Savourons ce beau et tragique moment d’histoire grâce au cinéma humain d’Agnieszka Holland. Le tout en deux épisodes, jeudi 27 et vendredi 28 mars sur Arte dès 20h50. Ne ratez pas vos séances émotions…

Synopsis :

Prague, 16 janvier 1969. Un étudiant s’asperge d’essence avant de s’immoler par le feu en plein jour sur la place Venceslas pour protester contre la mainmise soviétique sur la Tchécoslovaquie. Il s’appelle Jan Palach. Dans une lettre retrouvée sur les lieux du drame, le jeune étudiant  en histoire énumère ses revendications et affirme que d’autres « torches » humaines sont prêtes à poursuivre son combat. Après trois jours d’agonie, il succombe à ses blessures.  Plusieurs dizaines de milliers de personnes assistent à ses funérailles dans un moment de communion nationale, et Palach devient le symbole de la résistance pacifique en Tchécoslovaquie et à l’étranger. Aussitôt le régime soucieux de ne pas indisposer le grand frère soviétique met tout en œuvre pour discréditer le geste de l’étudiant et éviter que des « imitateurs » ne lui emboîtent le pas. Lors d’une réunion du Parti communiste, le député Vilém Nový accuse les leaders du mouvement étudiant d’avoir manipulé Palach en lui faisant croire qu’il s’aspergerait d’une substance inflammable qui ne dégage pas de chaleur. Outrés par cette absurde « théorie du feu froid » relayée dans les journaux, la mère et le frère de Jan Palach, décident d’attaquer le député en diffamation et demandent à l’avocate Dagmar Burešová d’assurer leur défense, mais cette dernière refuse.

Sacrifice, mini série sur Arte TV…



bruce labruce version gerontophilia…

GERONTOPHILIA

… c’est mercredi et l’heure de ma séance ciné à moi, voici que j’ai un ami qui m’a dit beaucoup de bien du dernier film du provocant et décalé réalisateur canadien Bruce LaBruce. Voici, Gerontophilia, une histoire bien singulière qui ne va pas plaire à tout le monde mais qui semble traitée avec beaucoup de poésie et retenue. En résumé, peut on aimer quelqu’un de beaucoup plus âgé que soi…

Synopsis : Lake, 18 ans, un garçon plutôt ordinaire, vit avec une mère névrosée et sort avec une fille de son âge, un peu excentrique. Mais il se découvre un penchant de plus en plus fort pour… les vieux messieurs. Embauché dans une maison de retraite pour l’été, il tombe sous le charme de M. Peabody, un séduisant patient de 82 ans.

Gerontophilia, quelques images…



une éducation…

an_education_1

… c’est mercredi et l’heure de ma séance ciné personnelle et à vous faire partager. Il y’a quelques semaines de cela j’ai vu un très joli film anglais, Une éducation de Lone Scherfig (2010), sur Arte. Une comédie sentimentale des plus brillante sur l’éveil de la sensualité et de la sexualité d’une jeune collégienne avec un dandy séducteur et amateur d’art de 15 ans son aîné. Séduction, émotion, amour et déception… tous les sentiments sont à l’honneur servis par de charmants acteurs (Avec Carey Mulligan , Peter Sarsgaard , Olivia Williams …)  et une mise en scène lumineuse. Si vous ne l’avez pas vu, je ne peux que vous recommander très chaudement ce très beau film.

En résumé : Au tout début des années 60, dans une Angleterre engoncée dans les conventions sociales, les parents de Jenny tentent de donner une solide éducation à leur fille. Agée d’à peine 16 ans, Jenny a toujours été une élève brillante, que seules ses piètres notes en latin devraient empêcher d’intégrer Oxford l’année suivante. Un soir que la pluie l’a contrainte à se réfugier sous un abri, Jenny accepte de monter avec son violoncelle dans la voiture de sport de David, un trentaire séduisant et drôle. Danny s’arrange pour la revoir. Il triomphe de leur différence d’âge et des réticences de Jake et Marjorie, les parents de Jenny, et parvient à l’inviter à une soirée musicale…

une éducation en image…



résiste…

Image de prévisualisation YouTube

 

… j’ai donc appris avec tristesse à New-York que le grand et surprenant réalisateur Alain Resnais (1922 – 2014) nous avait quitté. J’ai aimé beaucoup de ses films qui m’ont initié à une certaine cinéphilie. Je me souviens de Providence, La vie est un roman, Mélo, L’amour à mort, Smoking / no smoking, On connait la chanson (résiste !), Coeurs… J’ai été un peut déstabilisé par son dernier film Les herbes folles.

Mais que de beaux moments de cinéma, un univers si inventif, surprenant, amusant, décalé, romanesque… Bon voyage Monsieur Resnais, il retera toujours vos beaux films à revoir et certains à encore découvrir à mon niveau…



aime et fais ce que tu veux…

Image de prévisualisation YouTube

 

… samedi dernier séance ciné pour les habitants de la maison balguerie. Et hop, nous voilà à l’Utopia, adresse bordelaise incontournable pour le cinéma haut de gamme. Nous avons donc vu le très beau premier film polonais « Aime et fais ce que tu veux ». Aventure spirituelle et sensuelle dans une Pologne belle, rurale et sauvage. Amour des uns, retenue des autres, désir de tous, aimons nous les uns les autres et faisons ce que nous voulons… La genèse de la vraie vie est annoncée…

Film réalisé par Malgorzata Szumowska, avec Andrzej ChyraMateusz KosciukiewiczLukasz Simlat

Un bout de l’histoire : Adam, jeune prêtre charismatique rejoint une paroisse rurale et s’occupe d’un foyer accueillant de jeunes adultes. Par son implication, il suscite rapidement l’admiration de tous. Mais peu à peu, son attirance pour l’un des garçons du centre se transforme en véritable chemin de croix. Habité par une foi véritable mais rongé par la culpabilité, il tente en vain de lutter contre cet amour naissant…

Aime-et-Fais-ce-que-tu-Veux_portrait_w193h257



12345...31

Les Créations de Cindy |
Aux Arts etc... |
yannickguilloguitariste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des animes en directe
| diattadavid03
| raph's blog