Paris impression jardin…

Paris impression jardin... dans mon été permanent wp_000210

photo, christo, Paris, rue Audran 18ème, 29 novembre 12

… et oui je suis à Paris pour le travail, réunion toute la journée de mercredi et comme je suis malin j’ai posé un jour de congé pour ce vendredi… à moi donc Paris et ses merveilles pour un week-end longue durée. Mister CuiCui me rejoint vendredi soir pour enrichir les festivités. Au programme la découverte de quelques lieux insolites dont nous avons entendu parlé, un spectacle comique au Point virgule, deux petites expositions, des boutiques insolites, deux petits expositions et des ballades au grès du vent et des envies. Mon hôtel est aux Abbesses quartier que j’ai découvert l’an passé et que j’adore. Sur la photo la rue Audran tout proche et sa maison jardin… Paris est un village et c’est bien vrai…



je dis pouce…

je dis pouce... dans christoflash

photo, mister CuiCui, entre deux mers, novembre 12

… comme Mister CuiCui qui nous adresse cette photo, je dis pouce !

« Non je ne fais pas de stop mais je dis pouce face à la bêtise humaine parfois, face à des politiciens mordus de pouvoir pour le pouvoir, je dis pouce » (Mister CuiCui)

Et vous qu’en pensez-vous ?



baume, quand votre coeur fait baume…

baume, quand votre coeur fait baume... dans tout est quotidien photo-baume

photo, zazzz, 25 novembre 12

… voici venue une nouvelle rubrique avec la chroniqueuse Zazzz reine du « fait maison » dans l’esprit de se débrouiller pour ne pas être (systématiquement) dépendant de nos chères moyennes ou grandes surfaces. Une petite virée avec Zazzz ici tous les quinze jours environ. Bienvenue à elle et vive les travaux manuels pour être bien chez soi… :

Adichats !

Aujourd’hui, attention : nous allons encore plus loin, pour continuer à essayer de faire tomber le grand mythe du « C’est parce que je l’ai acheté dans le commerce que c’est forcément mieux » !

Alors, comme c’est de saison, que le froid nous assaille et fait craqueler gentiment nos jolies petites peaux de bébé, je me disais, comme ça, que c’était l’occasion rêvée pour vous donner les bases « secrètes » de la fabrication d’un produit du type « baume à tout »… Et c’est parti pour chanter tous ensemble :

« Baume, quand votre cœur fait baume… » :

Matos :

- 4 CS d’huile végétale (olive c’est parfait, très nourrissante, mais n’hésitez pas à en tester d’autres pour comparer)

- 2 CS de cire d’abeille (en paillettes c’est assez pratique, on en trouve dans toute Biocoop qui se respecte ou sur internet)

- 2 CS de beurre de karité (idem)

- huiles essentielles : pour un baume à lèvres, j’aime bien l’HE d’orange douce, ou citron, parce que ça donne bon goût, pour un baume type « chinois », puisez dans des HE du type eucalyptus, menthe, pin, niaouli, romarin, gaulthérie (super pour les courbatures !), à peu près les mêmes que pour le « spray anticrobes », objet de ma dernière chronique, pour ceux qui auraient suivi. Ah oui, les doses : 12 à 15 gouttes en tout pour cette quantité de baume

- un petit bol

- un vieux rouge à lèvres à sacrifier (périmé, pas bio, mais vous n’aviez jamais osé le jeter jusque là, par une sorte de fétichisme, disons-le, tout à fait inapproprié voire déplacé)

- un petit pot vide pour le baume « chinois »

Détail des opérations :

Dans votre petit bol, versez l’huile végétale, la cire d’abeille et le beurre de karité.

Faite cuire au bain-marie (dans une petite casserole d’eau bouillante), à feu doux.

Pendant que ça fond, tout en écoutant du Charles Trenet (rapport au titre de la recette), dégommez cruellement votre ancien rouge à lèvres, qui l’a bien mérité, et nettoyez consciencieusement le tube vide (c’est très gras, et ça tâche, je vous préviens), puis finissez par un nettoyage à l’alcool à 90° histoire de parachever le tout.

« Le vent dans les bois fait hou hou…La biche aux abois fait mêêêêê… »

Quand la cire et le beurre de karité ont fondu dans l’huile, sortez votre bol du bain-marie.

Maintenant, il s’agit de faire vite « …Car mon amour est plus vif que l’éclair » (avant que le liquide ne se fige) :

Ajoutez vos huiles essentielles (celles pour le baume à lèvres par exemple), touillez bien et versez le liquide chaud (opération délicate « …Plus léger qu’un oiseau qu’une abeille », aidez-vous d’une petite cuillère) dans le tube de l’ancien rouge à lèvres (position en bas, je préfère préciser pour les étourdis), puis rajoutez éventuellement les HE pour le baume chinois dans le reste du liquide qui attend au fond du bol « …Et s’il fait boum s’il se met en colère » (ou sinon faites plusieurs baumes à lèvres et offrez-en à vos amis, ou ne faites que du « baume chinois », tout est possible, libérez votre « génie créateur » que diable !), retouillez et versez dans votre petit pot vide. « …Il entraîne avec lui des merveilles !!!!!!!!!!!!! »

Petite astuce N°1 : mettez vos « merveilles » au congélateur une ½ h pour aider à figer rapidement.

Petite astuce N°2 : après ces entrefaites, et avant de les nettoyer, essuyez vos ustensiles de cuisine avec du papier absorbant, ça vous simplifiera tout de même pas mal la tâche, j’dis ça, j’dis rien…

Eh, oh, quand même : 2 recettes indispensables spécial hiver en une, à moindre coût ; vous vous êtes bien amusés (vous avez bien « dégueulassé » la cuisine aussi) ; vous avez revisité un classique de la chanson française, elle est pas belle la vie ?

Merci chère Zazzz et à dans 15 jours…



amelia par la la human step…

Image de prévisualisation YouTube

 

… la séance du dimanche soir version nouvelle version avec la belle vidéo Amélia de La la la human step. Poésie de la danse et des corps en mouvement. Quand la vidéo est plus belle que la vie… c’est magique…



la petite phrase de Sôseki : à l’ombre du brouillard…

la petite phrase de Sôseki : à l'ombre du brouillard... dans la petite phrase la-maison-japonaise

Cette semaine la petite phrase d’un grand écrivain japonais que j’adore, Natsume Sôseki :

« Dans ce jardin, il y a une belle pelouse, et quand le printemps apporte ses tièdes journées, un vieillard à barbe blanche vient se chauffer au soleil. Il y a toujours avec lui un perroquet qui reste perché sur son bras droit, et le vieil homme approche son visage du bec de l’oiseau, si près qu’on croit qu’il va se faire picorer… »

Natsume Sôseki, écrivain pour petits contes de printemps, picquier poche, 1999 



bastien lucas instrumental…

bastien lucas instrumental... dans christodisco... i2564_bastien_lucas

… il y avait déjà un scoop ce jour sur le site de La Petite maison jaune annonçant malignement la sortie imminente du prochain ep 6 titres de l’ami Bastien Lucas. Un bel objet nommé « A la quarte » qui présente de nouvelles chansons non gravées sur disque et enregistrées en 2011 avec un quatuor à cordes à la Sorbonne.

Le tout est emballé dans un bel écrin que j’ai eu la primeur de visionner le mois dernier, carton chic et belle typographie… une ambiance raffinée et haut de gamme. Un objet à offrir sans modération pour vos cadeaux de fin d’année.

Mais autre scoop ici, avant le 20 décembre sortie officielle du cd, il vous est possible en exclussivité d’écouter les versions instrumentales quelques jours avant et dès aujourd’hui un titre inédit « Mauvais temps » ici…

Bastien Lucas Mauvais temps (musical)…

Merci l’ami Samuel pour cette information que savoure le fan club non officiel bordelais !

A suivre ici dans les prochains jours pour la sortie officielle du tout…

 



lointain souvenir de la peau…

lointain souvenir de la peau... dans idées cadeaux 97823300052072

… cette semaine l’invité libre est Mister CuiCui lecteur averti qui nous propose sa chronique littéraire du jour. Il vient de terminer le très beau et singulier ouvrage de Russel Banks à la frange de l’humanité et des prédateurs. Un grand livre qui nous est dévoilé ici :

Livre – Russell Banks, Lointain souvenir de la peau, Actes Sud

« Si vous vous voulez de l’étrange vous serez servi. Un beau pavé, au sens propre comme au sens figuré, jeté dans la mare des tabous dont celui de la sexualité ancrée par notre culture judéo-chrétienne. Le Kid a seulement vingt et un an, condamné à porter pendant dix ans le bracelet électronique, est classé délinquant sexuel. Calusa en Floride est le terrain de cette fiction. D’autres comme lui sont éradiqués des zones sensibles, c’est dire loin de tout lieu où peut se trouver des mineurs avec l’interdiction de quitter la ville. Seul le quartier sous le viaduc répond à ces conditions. Cette étrange communauté crainte par les citoyens survie dans l’ombre, la pauvreté. Le cas du Kid devient le sujet de laboratoire d’un sociologue célèbre qui souhaite découvrir comment un jeune accro à la masturbation devant la pornographie virtuelle a pu en arriver là, et surtout quel crime commis. Lentement mais sûrement on apprend la vérité. Lentement mais sans garanti, on perçoit l’avenir du Kid. Des rebondissements à couper le souffle, des personnages peaufinés, l’angoisse de la société transpire à chaque page » (Mister CuiCui, novembre 12).

J’ai moi-même lu ce livre offert pour mon anniversaire par la très gentille PM Jaune et je confirme ce qui est évoqué plus haut, un grand livre qui vous happe comme un trou noir et voir transporte / transforme en autre chose… A lire de toute urgence !

Merci comme toujours Mister CuiCui pour nous faire partager cette passion des livres, des mots et des belles histoires… à très bientôt…



la terrasse portative…

la terrasse portative... dans c'est renversant ! urban-terrasse-51

… et voici en ce début de semaine un scoop amusant et plein de poésie urbaine dans ce monde de brute douce ! J’ai le plaisir de vous présenter un nouveau concept que je veux voir se répandre dans toute grande ville de ce nom… voici donc la terrasse urbaine portative ou l’urban terrasse. C’est simple et ingénieux un carton prédécoupé à assembler soi-même et à poser tranquillement sur un plot dans nos rues et hop voici devant vous, pour partager un moment entres amis, une mini terrasse provisoire rien que pour vous… 

Je trouve cela génial et si pratique… je crois que je vais craquer et vous inviter à prendre un verre avec moi dans une endroit insolite dans bordeaux… qui est intéressé ?

« Damien Gires lance Urban Terrasse, un nouveau mobilier urbain convivial et communicant pour cafés et vernissages qui débordent dans la rue : des tablettes en carton recyclé, imprimables et pliables, destinées à être positionnées sur les poteaux anti-stationnements pour les transformer en tables d’appoint éphémères. Urban terrasse… et son slogan : … et toute la ville se retrouve à table ».

www.urban-terrasse.com

A la semaine prochaine ou à dans quinze jours pour un autre scoop renversant, sidérant, déprimant ou hilarant…

 



la peau que j’habite est si belle…

Image de prévisualisation YouTube

… ce soir après une journée chantier dans les serres de notre maraîchères, lovés dans notre sofa nous avons savouré le dernier film du débridé et brillant Pedro Almodovar. Et ce fut un très grand moment. La piel que habito est une méditation sur le désir, la folie et l’identité. Un grand Almodovar qui questionne et invite à prendre du recul sur l’homme et ses genres.

Nous étions en retard, nous ne l’avions pas vu lors de sa sortie, mais voilà notre négigence est enfin réparée pour notre plus grand bonheur.

Almodovar comme toujours surprend et cela grandit le cinéma d’auteur mais aussi grand public…



à l’ombre d’un saké…

à l'ombre d'un saké... dans phototypes wp_000101

photo, christo, octobre 12

… j’ai retrouvé pour vous cette photo prise dans un restaurant japonais bordelais fin octobre dernier. Ambiance Moshi Moshi et geste apaisé autour d’un saké ou le vin divin. Je confirme que le bon saké japonais n’a rien avoir avec l’alcool tord boyaux que l’on peut servir dans un vulgaire restaurant chinois. Ici parfum de rizière et de vent au levant…

Un régal savouré à la lumière tamisé d’un papier de riz…

 



12

Les Créations de Cindy |
Aux Arts etc... |
yannickguilloguitariste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des animes en directe
| diattadavid03
| raph's blog