la mémoire ou la flamme…

la mémoire ou la flamme... dans c'est renversant ! document1

… aujourd’hui j’ai entendu deux nouvelles qui semblaient importantes pour les journaliste de France Inter… avec pratiquement le même niveau de traitement avec même plus de temps il me semble pour la seconde, étrange !

La première nouvelle concerne la journée française commémorative de l’abolition de l’esclavage ou l’occasion pour la France métropolitaine d’honorer le souvenir des esclaves et de commémorer l’abolition de l’esclavage. Au-delà de l’abolition, la journée devrait engager une réflexion générale sur l’ensemble de la mémoire de l’esclavage, longtemps refoulée, pour la faire entrer dans notre histoire. L’occasion aussi de s’interroger sur la façon dont l’esclavage peut trouver sa juste place dans les programmes de l’école primaire, du collège et du lycée. La volonté également de développer la connaissance scientifique de cette tragédie. Enrichir notre savoir, c’est le moyen d’établir la vérité et de sortir de polémiques inutiles. La date du 10 mai correspond à l’adoption par le Parlement, le 10 mai 2001, de la loi Taubira « reconnaissant la traite négrière transatlantique et l’esclavage ».

La seconde rend compte du départ de la flamme olympique qui va parcourir plusieurs pays avant de rejoindre Londres.  De l’Olympie, dans une Grèce en crise et à 85 jours de la cérémonie d’ouverture, la flamme des jeux Olympiques de Londres a été allumée jeudi en Grèce conformément à la tradition, dans l’ancienne Olympie, point de départ du relais à travers un pays en crise avant l’arrivée en Grande-Bretagne.

Il va de soit que cette deuxième information m’importe peu… elle m’indiffère… je sais je ne suis pas très fair play ni sportif :

Par contre, une rencontre mémoire au Sénat ce jour avec l’historien Benjamin Stora cela m’intéresse beaucoup… je voudrais même tant y être !

L’objet de cette rencontre est de mettre en conversation des mémoires issues de la longue histoire de la colonisation française.

« La segmentation et la fragmentation de ces mémoires entravent la construction d’un récit commun qui fasse une juste place à toutes les mémoires marginalisées. Or comme le rappelle l’historien Benjamin STORA, « seule la construction d’un récit national républicain est à même d’intégrer les mémoires blessées et de refermer les plaies » »



Les Créations de Cindy |
Aux Arts etc... |
yannickguilloguitariste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des animes en directe
| diattadavid03
| raph's blog