les fleurs du bonheur…

les fleurs du bonheur... dans phototypes photo

photo, mister cui cui, mars 12

… cela y est, c’est la fin de l’hiver, c’est l’été sans presque passer par la case printemps, la glycine est en avance et pour notre plus grand bonheur colore de ses teintes pourpres notre patio. L’invitation aux beaux jours et à savourer l’extérieur sont bien là, sortons vite nos jardinières et autres pots pour s’adonner au plaisir de toucher la terre et les végétaux…



david delabrosse et le renard chantant…

david delabrosse et le renard chantant... dans christodisco... hallali-cover-md_sjv1

… petit coup de coeur de ces dernières semaines, la découverte du second opus du chanteur David Delabrosse, le tout est discret, très bien fait et traduit une sensibilité de chanteur charmeur. Loin du bruit, près du coeur, un monde fait de brins de quotidien quelque peu désenchanté entre amours perdus et espoir du lendemain. Un petit air de Mathieu Boogaerts et autres chanteurs intimes et aériens. Pourtant, la patte est là et le singulier attire nos oreilles pour une écoute renouvelée… donc on y revient pour notre (mon) plus grand bien !

en écoute ici…

d’autres surprises ici aussi…



Pripiat, la ville vide…

Pripiat, la ville vide... dans c'est renversant ! Pripiat_61

… c’est renversant, il existe des villes surpeuplées et c’est bien connue. Pour autant ce jour, en écoutant ma radio préférée, j’ai appris sur France Culture qu’il existait aussi des ou du moins une ville vide, Pripiat en Ukraine. Située tout près de Techernobyl et est donc passée de plus de 50 000 habitants le 26 avril 1986 à 0 le 27 avril 1986. Sidérant, un paysage de science fiction paraît-il, une forme même de tourisme s’est développée. Si je vais en Ukraine, je ne pense pas m’y rendre même si cela m’intrigue. Par contre, j’ai très envie d’aller voir le film « Terre outragée » de Michale Boganim qui sort ce mercredi en salle.

« Pripiat (en russe : Припять) ou Prypiat (en ukrainien : Прип’ять) est une ville fondée en 1970, en République socialiste soviétique d’Ukraine . Elle se trouve à 3 km de la centrale nucléaire de Tchernobyl et à une dizaine de kilomètres au nord de Tchernobyl. Elle est donc située dans la zone d’exclusion de 30 km mise en place autour de la centrale après la catastrophe nucléaire de 1986. Elle est désormais une ville fantôme, tout comme les villages proches de Novochepelytchi, Kotcharivka et Kopatchi, situés à 7 km de Pripiat ». (source : wikipedia)

La ville tient son nom de la rivière éponyme qui arrose la ville et qui rejoint le Dniepr. Ce cours d’eau a été gravement contaminé lors de la catastrophe



françois weyergans romance…

françois weyergans romance... dans ceci n'est pas soldé 241_netb

… sept ans de réflexion après « Trois jours chez ma mère » prix Goncourt et roman à l’amertume contagieuse, voici (enfin) le retour de François Weyergans pour son nouveau roman « Royal Romance » (Julliard, 12) qui sort ces jours-ci. Il va de soi que je suis aux anges et vais mettre ce livre tant attendu dans ma liste d’anniversaire de mai… c’est un peu loin mais pas si loin que cela !

Royal Romance ou la vie amoureuse et tumultueuse de l’écrivain Flamm et de la canadienne Justine, entre découverte et tour du monde, la naissance d’une passion au coeur des hôtels et des mini bars mais aussi le doute de la création et de la vie. Quel beau programme mes amis…

Il existe le test de la page, voici des extraits de la page 99

« Elle s’endormit la tête sur mon épaule. Les hauts et les bas, les découragements, les regrets, les déceptions inévitables pendant une si longue période de séparation s’étaient volatilisés en quelques instants. Il n’y avait eu aucune gêne entre nous. 

Elle avait hâte de retrouver avec moi les lieux que nous avions aimés, les galeries commerciales, le complexe Desjardins, la place Bonaventure, le parc du Mont-Royal. 

On ira au musée ? Je veux regarder des tableaux avec toi. Je voudrais voir des Miro. Il a dit qu’un brin d’herbe est aussi gracieux qu’un arbre. Avec une plume d’oiseau, une épingle et un bouchon en liège, il a crée une danseuse. J’ai trouvé qu’elle me ressemblait. » 



la belle maison bateau Mallet Stevens…

la belle maison bateau Mallet Stevens... dans mon été permanent Photo_821E8A24-967D-B030-893B-F0F5089039DB

photo christo, rue Mallet Stevens, Paris 16

… depuis jeudi j’étais sur Paris la belle capitale, un soleil hors saison, une chaleur hors époque. Un programme comme je les aime, ballades dans des rues inconnues, petites galeries d’art insolites, musée Jaquemart-André pour l’histoire, une pièce de théâtre Quadrille de Sacha Guitry avec Fraççois Berléand et toujours tourver un petit moment pour une plongée architecturale. Cette fois-ci ce fut la rue Robert Mallet Stevens de l’architecte du même nom qui construisit 2 immenses immeubles maisons en forme de paquebots cubistes dans les années 30. Une belle harmonie, le tout intemporel et qui donne à cette rue arborée un calme reposant. Bel orfrèvre dans un 16ème arrondissement bien tristounet tout de même…

http://www.malletstevens.com/



Paris Mondrian…

Paris Mondrian... dans ceci n'est pas soldé parsi-mondrian

photo, christo, rue d’Orcel, Paris 18ème

… je suis sur Paris pour une réunion de travail et j’en profite pour étirer cela tout le weekend avec l’arrivée de Mister Cui Cui en soirée. Hier après l’installation dans ma chambre au coeur d’un Hôtel rue Jean-Baptiste Pigalle, je suis allé me ballader dans les environs en quittant les coins attrapes touristes (Moulin Rouge, Place Pigalle…) j’ai trouvé une rue qui m’a séduit, la rue d’Orcel. De petites et sympathiques boutiques, entre vintage et art déco, des bars aux ambiances douces et non standardisées. Et soudain je tombe sur un grand espace dédié apparemment aux moments que j’aime. Un sofa et un fauteuil style Mondian attirent mon regard, la grille de la devanture est baissée mais la photo est dans la boite noire car les couleur sont merveilleuses. Je risque d’avoir envie d’y retourner dans ce coin de Paris discret et charmant.



Catishima et les logiciels libres…

Catishima et les logiciels libres... dans c'est renversant ! logiciel-libre

 …cette semaine nous inaugurons une nouvelle rubrique régulière dans ce bloggy (tous les 15 jours minimum) animée par Gilles Catishima, geek éco-durable. Il devrait s’enflammer pour des sujets high tech et nouvelles technologies mais aussi pour des causes éco-durables qui lui tiennent tant à coeur. Des billets doux, acides, trash ou pire… à suivre ici. Merci l’ami de cette collaboration nouvelle. Après Trotinella et ses scoops, Maître Capela et ses belles leçons de mots, voici le temps de Catishima le samouraï des temps modernes :

« De toute façon, moi, j’y comprends rien à tes logiciels libres ! »

Cette semaine, une collègue est venue me voir pour un problème informatique : elle n’arrivait pas à faire une somme automatique dans le tableur Libre Office Calc.

Ça arrive à tout le monde, d’être bloqué sur une application qui ne veut pas faire ce qu’on lui demande.

Mais avant que j’ai pu répondre quoi que ce soit, elle enchaine sur : « De toute façon, moi, j’y comprends rien à tes logiciels libres ! »

Ah !  La belle prise !

Un raccourci foireux à 2 euros cinquante, ça faisait longtemps.

- quand un logiciel est libre cela définit le cadre de son utilisation. C’est à dire que ça vous donne une information sur vos droits d’utilisateur de ce logiciel.
Quel rapport y-a-t-il entre les droits d’utilisation d’une application et le fait qu’elle fasse ou pas ce que vous lui demandez ? Réponse : aucun.

C’est un peu comme si elle m’avait dit : « De toute façon, moi, les voitures vertes je n’arrive pas à les conduire ! »

Un logiciel libre peut tres bien être tout pourri et moche, ou être Firefox.
Le fait qu’il soit libre donne une information sur l’esprit dans lequel il a été conçu aucunement sur sa qualité.

- « Mes » logiciels libres ? La plupart des logiciels libres sont développés dans un esprit communautaire ; on pourrait dire qu’ils appartiennent à tous, du moins qu’ils sont au service de tous.
Maintenant pourquoi cette collègue veut absolument m’attribuer le développement de millions d’applications ?
Est-ce que, si elle vendait des appareils photos, je pourrais lui dire : « Tes appareils photos, ils sont trop compliqués ! ». Quel serait le rapport entre l’utilisation d’un appareil photo et sa personne ? Ce ne sont pas les siens, elle ne les a pas conçus ni pensés.
Est-elle responsable si un constructeur d’appareil photo a sorti une série défaillante ? Non.

- « J’y comprends rien », oui c’est bien là, le problème. Mais quand on ne sait pas, on évite les raccourcis foireux… En fait c’est juste qu’elle avait désactivé l’option « calcul automatique » donc, forcément, la somme ne se faisait plus automatiquement.

Ce qui n’est pas si grave en soi.
Disons que je ne vais pas la traiter de buse pour cela.
Je ne vais pas non plus lui dire qu’elle aurait pu chercher 2 minutes.
Mon boulot c’est justement de l’aider, ce que j’ai fait, mais des fois, même en prenant une grande inspiration, c’est dur ».

Gilles Catishima, 21 mars 12



collection de poche…

collection de poche... dans c'est renversant ! biblioth%C3%A8que1

la PPBP de Geneytouse

… vendredi dernier j’ai écouté la chronique toujours inspirée de Jean-Louis Ezine sur France Culture et j’ai appris une chose surprenante… la Plus Petite Bibliothèque Publique (PPBP) de France fait 9 m2 et est installée dans un cabanon de jardinier se situant à Geneytouse un petit village près de Limoges. A l’heure des projets colossaux, des mastodontes et autre mirage toujours plus gros, grand ou haut… le petit, le simple, le humble, le modeste fait du bien.

Il y aurait plus de 15 000 références et elle ne semble pouvoir accueillir qu’un voire deux lecteurs en même temps ! Moi j’ai envie d’aller la voir et de humer ses livres tant aimés, rangés avec tant d’attention.

La chronique de Jean-Louis Ezine ici…

A la semaine prochaine pour un autre scoop renversant, sidérant, surprenant, sidérant, désopilant, hilarant ou émouvant…



LOVE blue by Julien Ribot…

LOVE blue by Julien Ribot... dans christodisco... 48220

… coup de coeur musical du week-end, Julien Ribot, Songs for Coco et sa vidéo LOVE classieuse en mode inspiration bleu de Kein. Le tout à savourer sans aucune modération…

CD – Julien Ribot, Songs for Coco, Chrysalis music

Dans la galaxie pop de Julien Ribot les univers sont étranges et envoutants. Les noms des albums comme des chansons relèvent du mystère et invitent à la curiosité. Après trois albums à la maturité montante, Hôtel Bocchi, La métamorphose de Caspard Dix et Véga voici son nouvel EP numérique cinq titres actuellement téléchargeables et préfigurant un grand album en approche ! Les nouvelles  compositions de Julien Ribot, cette fois en anglais dans le texte, confirme une pop soyeuse et cathédrale. Des chœurs virevoltants, des mots amoureux et aimants pour sa fille Coco et sa bien aimée Annabelle… une pop affective et lumineuse. Le tout est doublé d’un univers graphique maison car l’artiste est aussi graphiste et d’un clip ambitieux avec Sara Forestier illustrant LOVE, le titre phare. Plongeons dans ces/ses belles chansons pour Coco hymne à la sensualité et à l’élégante.

Love par julien ribot…

image-150x150 dans idées cadeaux



les mark brothers s’amusent…

les mark brothers s'amusent... dans idées cadeaux PA_0383_o2

Mark brothers : qui ne connaît pas ce méli-mélo de fils, souvent rebelles, chez soi ? Débrancher la bonne prise est plus souvent le fruit du hasard. Avec ces étiquettes pour câbles personnalisables judicieusement pensées par Peleg desing vous êtes sauvé. Vendues par 5 avec autocollants pour la symbolique somme de 12,50 € chez absolumentdesing.com.

Des trouvailles pour nos intérieurs beaux et pratiques ici…



123

Les Créations de Cindy |
Aux Arts etc... |
yannickguilloguitariste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des animes en directe
| diattadavid03
| raph's blog