la porte électro…

portelectro.jpg

photo, christo, 28 avril 11

… c’est renversant comme la couleur peut changer le monde, ici cours Balguerie Stuttenberg à deux pas de la maison, une porte a refait peau neuve et s’est parée de couleurs électro pop fluorescentes. Certains vont sans doute crier au scandale, moi je dis bravo et vive les portes électro pop fluo in bordo !



le futur de ben ricour…

http://www.dailymotion.com/video/xhyebx

 

… semaine quelque peu chargée mais soudain le plaisir de découvrir que le nouvel EP 5 titres « Dans le futur » de Ben Ricour vient de sortir. Il préfigure ce que sera son prochain album d’octobre 11. Orfèvre french-pop par excellence l’ami Ben Ricour nous promet un bel été autour de 5 pépites à la légèreté entraînante…

Ecoutez, fredonnez, aimez et dansez maintenant la fin de semaine est là et j’ai le plaisir de sonoriser votre week-end à venir… qu’en pensez-vous ?

Le futur de Ben Ricour s’écoute ici…

benricour.jpg



l’objet tube…

tubepeinture250.png

… non je ne me mets pas à la peinture et pourtant l’envie est bien là. Donc faute de mieux, de temps et de talent je pense plutôt acheter l’intégrale de la collection des tubes ci-dessus. Mais pourquoi faire me direz-vous et bien pour rendre l’utile à l’agréable car ces tubes ne servent pas à ce que l’on pourrait croire car il s’agit de…

Tube peinture bloque-porte : les beaux jours venant, l’envie d’aérer la maison sans risque d’entendre le sempiternel claquement de portes est enfin possible grâce à cet original bloque-porte, de 10 cm en plastic rigide, sa forme de tube lui confère une originalité inoubliable. A bas les vieux morceaux de bois qui finissent à la poubelle par négligence, vive le tube pour 12,5 €.

le tube en 8 couleurs se trouve ici…



la tristesse des cd…

zappedcdart.gif

source : zapped-CD-art

 … je l’ai appris hier et j’en suis un peu triste la disparition de Norio Ohga (29 janvier 1930 – 23 avril 2011), considéré comme le père de nos amis les CD (Compact Disc). Il est décédé au Japon à l’âge de 81 ans. Il fut aussi l’ancien PGD de Sony et incarne l’esprit Sony et don développement de la firme au départ de composants électroniques en concept multimédia.

Je me rappelle cette belle invention même si j’adore le son et j’ai parfois la nostalgie des vinyls (sons amples, belles pochettes au grand format, livrets…). Mais il faut reconnaître que c’était une révolution de l’expérience musicale, durée plus longue des enregistrements, support hautement mobile, moins fragiles… Alors je dis bon vent et expériences musicales ailleurs cher Monsieur Norio Ohga… 

Petit résumé de l’histoire des petits CD :

« La technique du disque compact repose sur une méthode optique : un faisceau de lumière cohérente (laser) vient frapper le disque en rotation. Les irrégularités (appelées pits, cavités dont la longueur oscille entre 0.833 et 3.56 microns et la largeur de 0.6 microns) dans la surface réfléchissante de celui-ci produisent des variations binaires. Le rayon réfléchi est enregistré par un capteur. Plus précisément lorsque le faisceau passe de la surface plane à cette cavité, il se produit des  interférences : lorsque le faisceau ne rencontre qu’une surface plane, le capteur détecte le même faisceau original et fait correspondre à cet état la valeur binaire 0 ; quand le faisceau passe sur le pit, le capteur détecte les interférences et la valeur binaire 1 est attribuée. Lorsqu’il est utilisé comme support pour l’écoute musicale (premières utilisations) l’information binaire est ensuite transformée en un signal analogiqueconvertisseur. 

Dès son apparition, ce support a été promu par ses inventeurs et les éditeurs musicaux comme offrant une meilleure qualité sonore que les autres supports existants (notamment les disques vinyle). Ces qualités sont parfois contestées et de nouveaux supports sont apparus (SACD – Super Audio Compact Disc ou le DVD-A – Digital Versatile Disc Audio). On constate par ailleurs un regain de popularité du support vinyle. » (source: wikipedia.org)

Norio Ohga…

logocompactdisc.png



piano reflections dans un patio bleu…

bleupatioavril11.jpg

photo, christo, patio bleu, balguerie house, bordo, 25 avril 11

… après un week-end dense, chanson et un peu dance hier soir… le calme est revenu, bleu du ciel pour patio tempo, lecture (Indignation de Philip Roth, sublime roman que je viens de terminer et dont à ne pas en douter je vous parlerai très vite), thé du Nil et l’ami Duke Ellington pour bercer cette douce après midi qui prend fin 

Piano reflections par Duke Ellington (1953)…

Bonsoir…



à la droite d’un rideau…

wp000424.jpg

photo, christo, un rideau, 23 avril 11

 … non rassurez-vous je ne ferme pas la boutique juste un moment de pause après une semaine et un samedi densifiquement chargés. Allongé sur ma chaise longue d’intérieur je regarde par la fenêtre et je vois des rideaux réalisés avec des vieux draps de mon arrière grand-mère… Berthe je crois ! Et comme j’écoute cela en boucle depuis plusieurs jours (je sais je suis en retard mais les piles sont trop hautes et parfois je ne sais par où commencer)…

Voilà, le repos maintenant afin de pouvoir demain aller à Singapour en chanson dans un salon bordelais…



le jour des Chamayou heureux…

465868bertarndchamayoucesarfranck.jpg

… vous le savez peut-être mais Maître Capela a déclaré forfait pour sa chronique de ce vendredi. Cela doit être l’effet week-end pascal ! Mais ne nous laissons pas abattre face à ce contre temps et comme ce matin j’étais ravi et frustré dans mon automobile je dépasse cela en vous invitant à écouter le concert du jour. Il a été rediffusé ce matin dans l’émission Concert du matin de France Musique, mais comme je devais regagner mon bureau j’étais relativement frustré et triste. Donc voilà pour rebondir la possibilité ici de réécouter le beau concert du jeune pianiste toulousain que j’affectionne beaucoup, le bien nommé Bertrand Chamayou.

Allez, installez vous tranquillement dans un fauteuil / canapé, débranchez vos moyens de communication avec l’extérieur… et plongez dans les rêveries des Années de pèlerinage : Suisse et Italie et autres souvenirs de Frantz Listz.

Demandez le programme :

Deauville : Franz Liszt

Années de Pèlerinage, Ext. de Suisse et Italie**
Via Crucis S.53 (1879)*
Au bord d’une source, Ext. des Années de pèlerinage 1ère année. Suisse S.160 (1848,1854)
Orage, Ext. des Années de pèlerinage 1ère année. Suisse S.160 (1848,1854)
Vallée d’Obermann, Ext. des Années de pèlerinage 1ère année. Suisse S.160 (1848,1854)
Les cloches de Genève, Ext. des Années de pèlerinage 1ère année. Suisse S.160 (1848,1854) **
Venezia e Napoli S.162 (1859)**

Olivier Penin, Orgue*
Bertrand Chamayou
, Piano**
Ensemble vocal Aedes

Mathieu Romano
, Direction

Bertrand Chamayou en concert ici…



les bisoux des sioux…

http://www.dailymotion.com/video/xhpo10

 

… avant hier un ami m’a parlé de la mise en image de cette chanson bien connue de l’ami Philippe Katerine. J’ai regardé cela, j’ai trouvé l’ensemble beau, simple et drôle. Je me suis imaginé vivre ces moments surréalistes en faisant les courses dans mon supermarché du coin !

Mais au fait, quitte à voler la vedette à Maître Capela qui devrait revenir ici demain, voici la définition du mot bisou et sa déclinaison internationale. Cela peut servir dans cette période de préparation estivale :

BISOU – (Langage enfantin) : Contact effectué avec les lèvres en signe d’amour ou d’affection



les rues selon Nemo…

nmo.jpg

peinture de rue de Nemo

… voici donc Miss Perette d’Andernos, Invitée libre de choix qui nous ouvre son univers personnel. Voici qu’elle souhaite faire partager ses impressions / passions… autour de l’artiste de rue NEMO. Voici ce qu’elle nous en dit :

« J’aime bien faire des ricochets ! au sens propre comme au figuré.au sens propre cela veut dire promenade, plan d’eau, caresses de cailloux.au figuré il s’agit de découvrir de nouvelles choses par l’intermédiaire de personnes que l’on apprécie.Ainsi, j’aime les chansons de Thomas Fersen, et Thomas Fersen aime le travail de Daniel Pennac (et réciproquement), et Daniel Pennac a écrit un livre sur NEMO.

J’aime ce livre, le travail de NEMO, et j’ai envie de faire un « bond de ricochet » de plus en essayant de vous le faire aimer aussi.Il ne s’agit ici ni du Capitaine Nemo créé par Jules Verne, encore moins du petit poisson d’un récent dessin animé, mais d’un artiste des rues qui en apposant de-ci de-là sur les murs de grandes villes des dessins au pochoir,donne vie aux murs, y insère des mini histoires.Ces dessins me touchent énormément. A chaque fois que j’ouvre ce livre la magie opère. Le personnage récurrent, une silhouette en ombre chinoise d’un homme en imper et chapeau, est là comme une présence apaisante et poétique, naviguant sur un bateau de papier, ou accompagné d’un chat, de fleurs, d’un tigre (!), ou très souvent d’un ballon rouge … (cela rappellera quelqu’un à certains d’entre nous…).

En plus des très nombreuses photos du travail de NEMO, ce livre dont le texte a donc été écrit par Daniel Pennac (donc infiniment agréable à lire ..!) retrace les circonstances de la rencontre de ces deux hommes ; comment il a fallu du temps pour que celle-ci se fasse ; comment alors, Daniel Pennac apprend que l’idée de dessiner sur les murs n’est venue à Nemo que pour égayer le trajet de son fils pour aller et revenir de l’école, qu’il avait un « vrai » travail à côté n’ayant rien à voir avec le dessin ni la peinture, et comment de quelques dessins au pochoir faits pour son fils, NEMO en est venu à donner la vie à des murs d’immeubles entiers essentiellement à Paris, mais aussi à Medellin et à Bogota en Colombie.

En espérant que ce coup de coeur ricochera jusqu’à vous.  » (Perrette, 20 avril 11)

Merci chère Perrette d’Andernos pour ces impressions / découvertes pour parsemer notre quotidien d’un soupçon de beauté et d’émotion. A très bientôt ici tu es toujours là bienvenue. La semaine prochaine j’espère avoir le plaisir d’accueillir sur ce modeste bloggy Yann 1er comme Invité Libre… si il le veut bien !

danielpennacnemoo28423026990.jpg 



keren ann ou l’effet sans surprise…

kerenanntournee.jpg

photo, jean-baptiste mondino

… tiens le dernier disque de Keren Ann est sorti il y a peu, après quelques écoutes approfondies voilà ce que modestement j’en pense et que j’écris aussi pour le fanzine Wag Magazine de mai 11

CD – Keren Ann, 101, EMI

« Keren Ann est une charmante personne, élégante, raffinée à la voix douce et aux mélopées vaporeuses. Depuis son escapade New Yorkaise elle trouve son inspiration dans la langue de Shakespeare. Son nouvel album ne surprendra personne tant il est harmonieux, ciselé comme un diamant parfait. Après un premier titre prometteur et un tantinet électro « My name is trouble » le reste s’avère sans trop d’aspérités. Des chansons inventives et susurrées pour un été sans nuage. Une musique de feu de camp ou de ballades en cabriolet les cheveux dans le vent. La perfection manque parfois de relief mais Keren Ann et son nouveau style d’espionne venue du froid nous accompagnent pour un été parfait, sans surprise, mais plaisant… c’est déjà beaucoup ! » (Christo, Wag Magazine, N° 73, mai 11)



123

Les Créations de Cindy |
Aux Arts etc... |
yannickguilloguitariste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des animes en directe
| diattadavid03
| raph's blog