les chansons de l’amour…

p1090003.jpg

photo, christo, in CUBO, 30 octobre 10

… un dimanche encore plus de repos que le samedi précédent, se remettre doucement d’une soirée récital des plus insolites. Ou comment le répertoire de la chanson française s’émancipe dans une déferlante temporo-ludico-comique. La trace de ce moment inédit reste gravé dans le petit fichier musical offert aux fidèle lecteur de ce blog…

En exclusivité, la liste complète des chansons chantées :

Laurène – Mon amant de St-Jean Marine – Maryline et john
Benoit – J’aime les filles
Christo – Chagrin d’amour, Chacun fait, c’qui lui plait, plait…
Marion  - Love me, Please love me
Marie Pierre – J’ai dix ans
Chantal – Mistral Gagnant
Thierry – Tous les garçons et les filles de mon âge
Alain – C’est quand qu’on va où
Vincent – Salut à toi
Marc -Je tâte André à la porte du garage
Jean Claude – Le petit jardin
Philippe – Éducation sentimentale
Catherine – Le plat pays de Brel
Stéphanie – Amstrong je ne suis pas noir
Annie – Le petit âne gris
Gilles – Chante la vie chante

en bonus rien que pour vous « Gilou Catishima chante les chansons de la veille avec la voix de Barry White malade, qui aurait fumé trop de moquettes et dormi 4 heures ». 

Le bonheur inédit est ici



sonne timber trimbre…

Image de prévisualisation YouTube

… un samedi de près-novembre restons doucement à la maison, ne répondons pas aux sollicitations de l’extérieur, faisons des rêves pour la fin d’année, des lieux insolites, des ombres blanches, des cheminées crépitantes… le tout en écoutant ma découverte de la semaine l’univers ténébreux et solitaire du canadien Timber Timbre.

Laissez vous bercer et aimer le… notamment sur We’ll find out et le nocturne Lay down in a tall grass…

timber trimbre en écoute ici…

timbertimbre.jpg



la petite phrase d’éric faye…

ericfayejetaisfascineparunfaitdiversm41293.jpg

 … cette semaine la petite phrase d’Eric Faye qui vient d’obtenir hier le grand prix du roman de l’académie française pour « Nagasaki » (stock) :

 « … j’ai ressenti un état de rêverie propice à l’écriture, un court-circuit, ce petit signe que tout écrivain recherche. J’étais fasciné par ce fait divers qui ose ce que la fiction ou les auteurs n’osent pas. Sans cet article, je n’aurais ­jamais eu le culot d’imaginer une telle histoire. » … « Je n’apporte aucune résolution, comme peuvent le faire des auteurs de romans policiers. Je réhabilite le mystère. »

Eric Faye, écrivain de l’insolite, Nagasaki, Stock, 2010



les vacances matinales de Mister Cui Cui…

matincuicui.jpg

photo, Mister Cui Cui, bordeaux chartrons, 27 octobre 10

… pour certains c’est sans doute un peu les vacances actuellement, pour ma personne pas vraiment mais plutôt une vie au bureau un peu moins frénétique et donc l’impression d’y être un peu (en vacances !). Par contre, Mister Cui Cui, chroniqueur littéraire mondain qui oeuvre souvent ici par le bonheur de ses minis billets, est bien dans ce temps suspendu et salvateur. Il a semble t-il d’ailleurs eu une drôle d’idée ce matin, se lever tôt (!) pour dès 9 heures profiter d’un petit plaisir solitaire… prendre un café – croissant en terrasse afin de voir la ville s’éveiller et son esprit s’émerveiller. Voici le cliché reçu ce matin évoquant ce doux moment entre parenthèse…



la dernière séance de Monsieur Eddy…

eddym.jpg

… une forme de bonheur métissé de tristesse, le nouvel album de Mister Eddy Mitchell vient de sortir et il se nomme Come back… cela sera aussi son dernier car le Monsieur souhaite prendre sa retraite musicale.

A savourer donc avec une émotion non retenue, car, de plus, il s’agit paraît-il pour couronner le tout d’un très bon cru…

Chapeau Monsieur Eddy…

Eddy Mitchell, Come Back…



ugly symetric…

symtrie1.jpg

 … en voilà un scoop renversant, je pensais que la symétrie était le nec plus ultra du raffinement, de l’élégance à la Française, des jardins taillés au cordeau… et soudain en feuillant une revue de déco dans mon tgv de ce lundi je tombe sur la nouvelle théorie de l’asymétrie. Finalement la symétrie c’est moche et l’asymétrie c’est beau…

Je ne sais qu’en penser, mais ce dont je suis sûr c’est que la publicité pour ce produit ne m’a pas laissé indifférent et m’a même fait sourire sur mon siège made in Christian Lacroix !

A la semaine prochaine pour un autre scoop si étonnant et renversant…

 

symtrie2.jpgsymtrie3.jpg2010nissancube2.jpg



le réveil d’edwyn collins…

Image de prévisualisation YouTube

… il y a des dimanches ou bien fatigué de la veille il est bon de se laisser bercer par la pluie qui bat dehors et par la bonne nouvelle apprise hier. Edwyn Collins adoré ici est de retour après une absence légitime. Le chanteur à la voix envoûtante d’Orange Juice, au tube énorme A girl like you, au vide angoissant de la maladie (une hémorragie cérébrale en 2005) à la convalescence miraculeuse qui donna un album  post traumatique nommé ironiquement « Home again » (2007)…. voici le grand retour du monsieur song pop. L’album « Losing sleep » (septembre 2010) s’annonce comme un beau et passionnant objet qui participera à mon bel automne 

Un dimanche finalement fait de lumière et de sons…



Maître Capela 10 : ci-joint…

maitrecapello1.jpg

Bonjour amis du pinaillage et autres curiosités linguistiques, revoilà notre incontournable Maître Capela !

Aujourd’hui l’expression « ci-joint » :

Arrêtons de joindre au pifomètre !

Le recours récurrent à l’utilisation de pièces jointes, notamment dans nos mail, nous amène à utiliser à tout-va le « ci-joint » et à l’accorder un peu n’importe comment, il faut le dire. Voici la règle, afin que vous joigniez de belle manière :

L’expression « ci-joint » varie en genre et en nombre si elle est en position d’épithète ou d’attribut :

      ex : Les photos ci-jointes serviront de point de départ. Vous les trouverez dans la lettre ci-jointe.

Elle est invariable quand on lui donne une valeur adverbiale (elle se rapproche alors de l’emploi de « ci-contre, ci-dessous », etc.).     

      ex : Veuillez trouver ci-joint copie du document demandé.

La règle est assez floue et on rencontre souvent l’accord ou l’invariabilité selon que le scripteur pense l’expression comme un adverbe ou une épithète.

     ex : Il nous renvoie ci-joint la lettre du mois de mars. Il nous renvoie ci-jointe la lettre du mois de mars.

Toutefois, on laisse, habituellement, invariables cette expression, si :

     – elle se trouve en tête de phrase, ex : Ci-joint la lettre en question.

    – dans le corps de la phrase elle est placée immédiatement devant un nom (pas d’ article, ni déterminant), ex : Veuillez trouver ci-joint copie du document demandé.

NB : la règle est valable pour « ci-annexé » et « ci-inclus »

Mille mercis Maître Capela et à dans une semaine au pire dans 15 jours…  



le principe du deuil…

p1080407.jpg

photo, christo, bruxelles, août 10

… une vision étrange lors du marché à la brocante d’une grande place bruxelloise. je ne sais pas pourquoi mais cela m’a fait mal au coeur de voir ces éléments séparés de HI FI soudain devenus obsolètes. J’ai tellement aimé les vinyles et les 33 tours que j’ai du mal à faire le deuil de ce bel objet visuel et sonore…



mauvignier 1961…

afp091027laurentmauvignier8.jpg

 … nous étions en 1961… et l’histoire commençait, voici la chronique littéraire de Mister Cui Cui invité libre / livre de la semaine. Il nous parle du sublime dernier livre de Laurent Mauvignier, Des Hommes (éditions de minuit, 2009), que j’ai lu avec délectation comme dans un cauchemar ou l’histoire et ses effets se font maux !

Livre – Laurent Mauvignier, Des hommes, Les éditions de minuit

« Une date, un évènement crucial, une guerre, un bonheur inégalé est ce qui constitue une existence, une vie. Laurent Mauvignier souligne avec douceur puis rudesse la confusion des sentiments humains. Ces hommes moins expressifs que les femmes, dit-on généralement, l’étaient sans doute bien davantage dans les années 60. Mais quand est-il, qui plus est, lorsque ces hommes reviennent d’une guerre comme celle d’Algérie ? Souvent, silences, secrets inavouables, colères latentes et puis l’explosion imprévisible qui projettent aux yeux de tous la mémoire et les images cruelles du fléau. Ce roman flirte avec le cinéma, les mots raisonnent en trois D ». (Mister Cui Cui, chronique Wag Novembre 2010)

plus loin avec laurent mauvignier…

Merci, Mister Cui Cui de nous offrir ces lignes comme autant d’invitation à la lecture…La semaine prochaine j’aurais le plaisir d’accueillir comme Invitée libre la sublime NadS qui j’espère acceptera cette modeste invitation… 



123

Les Créations de Cindy |
Aux Arts etc... |
yannickguilloguitariste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des animes en directe
| diattadavid03
| raph's blog