billy budd forever…

Image de prévisualisation YouTube

… Aujourd’hui c’est l’anniversaire de Billy Budd, à (re)découvrir de toute urgence dans sa version littéraire et/ou opératique…

Billy Budd est le dernier roman qu’Herman Melville a écrit avant sa mort (1891).

Après avoir passé une partie de sa vie en mer, l’auteur y raconte des épisodes tirés de sa véritable histoire. Le roman n’est publié qu’en 1924, après que le manuscrit est retrouvé dans un pot à biscuits. Le texte est annoté par Melville lui-même et plusieurs éditeurs en ont sorti une version.

Billy Budd est un jeune matelot qui quitte le navire marchand The Rights of Man (Les Droits de l’homme) pour être enrôlé de force sur le navire de guerre The Bellipotent (ou L’Indomptable dans certaines versions). À bord de ce dernier, Billy est enrôlé comme gabier de misaine. Il est le plus jeune des matelots et d’une beauté frappante. Il n’a aucun défaut si ce n’est celui de bégayer sous le coup de l’émotion, défaut qui le conduira à la mort. John Claggart, le maître d’armes du bateau, a une profonde aversion pour Billy, causée par l’amour qu’il provoque autour de lui et auquel il n’est pas paradoxalement insensible. Il ira raconter au capitaine Edward Fairfax « Starry » Vere que Billy complote pour créer une mutinerie. Étant donné les récentes mutineries dans la flotte britannique, le capitaine Vere est contraint d’écouter ces allégations auxquelles il ne croit pas. Billy est confronté à Claggart pour se justifier. Sous le coup de l’émotion face à ces accusations infondées, Billy bégaye et n’arrive pas à s’expliquer. Impuissant, il frappe alors brutalement Claggart qui meurt sur le coup. Billy est condamné à la pendaison par une cour martiale composée des officiers du navire, à laquelle le capitaine ne peut qu’apporter son témoignage impuissant.

Billy Budd restera une œuvre traitant de l’Être et du Faire, de parallèle avec le christianisme, de la futilité de la bonté incapable de s’exprimer, de l’individualisme face à la société, le tout empreint d’une homosexualité latente (aussi bien le capitaine du navire que le maître d’armes sont, à leur manière, profondément amoureux du matelot). (source : wikipedia).

… être sous le charme de Billy Budd pourquoi pas !



123

Les Créations de Cindy |
Aux Arts etc... |
yannickguilloguitariste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des animes en directe
| diattadavid03
| raph's blog