la librairie de Mister Cui Cui…

librairiehachette.jpg

photo, christo, bordo près de la rue du mirail, avril 08

… après quelques semaines de repos, la rubrique l’Invité(e) libre reçoit avec un grand plaisir Mister Cui Cui qui nous présente ses dernières lectures afin de nous faire partager le plaisir des mots et des histoires. Voici donc deux chroniques littéraires pour nous inviter à commencer à faire nos provisions de livres pour les beaux jours (mais oui ils viendront un jour, bientôt, sans équivoque…) prochains :

Livre 1 – Michel Tremblay – L’homme qui entendait siffler une bouilloire – Actes sud

Michel Tremblay ne nous avait pas habitué à des romans noirs plutôt adepte de romans nourris d’existences sereines. Pas un coin de ciel bleu ne viendra éclaircir le terrible épisode qui bascule Simon Jodoin dans les méandres infernaux. Ce réalisateur célèbre va vivre à son insu un scénario dont il ne maîtrise pas le dénouement de l’histoire. Soudain, à la fin d’un tournage, Simon Jodoin est affreusement gêné par un sifflement aigu et constant dans son oreille. Ce bruit de bouilloire ne le lâche plus, son cerveau bouillonne d’angoisse à l’idée de vivre avec cette présence jusqu’à la fin de ces jours. Submergé par des émotions nouvelles qu’il ne connaissait pas font de lui le metteur en scène et l’acteur d’une série de protocoles médicaux sans garantis de guérison. Le monologue fébrile ponctué d’entretiens avec les médecins, sont dignes du septième art tant les mots et les maux pèsent lourd.

Livre 2 – Philippe Besson – Un homme accidentel – Julliard

Los Angeles, où le meilleur peut croiser le pire, va devenir le terrain d’une rencontre impossible. Beverly Hills qui abrite dans le luxe sécurisé les stars enclines à la tranquillité est le secteur de notre jeune inspecteur qui découvre un jeune gigolo assassiné. Son agenda indique un rendez-vous avec le splendide acteur vivant à quelques mètres. Enquête oblige, notre lieutenant interroge Jack Bell à son domicile avec un trouble certain. La rencontre conduit nos deux personnages si différents vers une aventure compulsive, intense et secrète. Mais l’enquête stagne… Notre policier reprend tout depuis le début pour nous relater comment il a pu radier toute son existence et son intégrité professionnelle pour aboutir finalement au rien. Du meurtre au sexe, Philippe Besson nous ballade avec malice.

Merci beaucoup cher Mister Cui Cui de ces impressions qui renouvelent toujours le plaisir de lire à gogo…

La semaine prochaine nous espérons pouvoir accueillir ici comme Invité libre : Sean mister rose, à suivre donc…

 

 



osez le bleu pétrole…

josephine.jpg

photo, christo, st martial, avril 08

… les oreilles d’éléphants écoutent en ce mois d’avril le nouvel album de Mister Bashung… et voilà ma petite chronique musicale aux évocations toutes personnelles qui n’engagent que moi :

CD – Alain Bashung – Bleu pétrole – Barclay

Les absences sont parfois douloureuses et les retours plein d’illusions ou de doutes. Six ans après le chef d’œuvre noir charbon « L’imprudence », Alain Bashung nous revient dans un registre moins prise de risque, plus lumineux et rock. Le talent est toujours là mais semble plus posé moins aventureux, plus classique, agréable mais sans envolée au firmament du tremblement et du crépuscule. On voyage en pays conquis, en terrain balisé, confortable et sans soubresaut. Mais ne boudons pas notre plaisir, un album de Bashung c’est toujours très classe, beau et au dessus de la moyenne. Quelques perles sont disséminées ça et là nous bercent dans des rêveries tantôt vaporeuses, amoureuses ou (sur)réalistes. Un disque aux couleurs « beaux classiques » mais sans réelles surprises !

Demain l’Invité libre sera Mister Cui Cui qui a lu pour nous deux romans pour notre été…

 



musique conceptuelle…

dj1.jpg

Photo de Christopher Gilbert

… Je me rappelle de ma vie très « albums concepts » de ma jeunesse. Il s’agissait de l’époque de la belle vie du vinyl et de l’avénement proche du cd. Il y avait dans mes étagères, The lamb lies down on Broadway de Genesis, Par le fils des mandrins, Moteur! de Ange, The Wall et al. des Pink Floyd, L’extraordinaire tour de france d’adelard rousseau dit nivernais la clef des coeurs : compagne charpentier du devoir de Malicorne (et oui Bastien L c’était déjà Gabriel Yacoub), Ailleursde William Sheller... Je n’y pensais plus trop quand récemment Miss Trotinette me fit parvenir cette nouvelle :

« Autrefois, les rockers en quête d’une reconnaissance plus noble de leur art inventèrent le concept album. Des disques pop — du Tommy, des Who, au Wall de Pink Floyd — dont les chansons reliées par une thématique ou une même histoire aspiraient au statut d’œuvres. Un temps honni, ce genre souvent plus prétentieux qu’abouti connaît une résurgence aujourd’hui chez les chanteurs français. A la différence que désormais, le copieux album agrémenté d’un livret d’antan se double d’un véritable livre. Comme si la Mécanique du Cœur, de Dionysos, n’était que l’illustration sonore du roman de Mathieu Malzieu ; L’Homme de Mars, de Kent, la B.O de sa BD ; ou (l’excellent) Frère Animal, d’Arnaud Cathrine et Florent Marchet, la mise en musique de leur prose écrite à quatre main. Et si cette soudaine diversification était surtout révélateur d’une angoisse, de la nécessité pour ces artistes d’exister à travers un support moins condamné que le CD ? L’écrit, symptôme de la dématérialisation en marche de la musique. L’expresso de Télérama 24 avril 08″

Finalement rien de bien nouveau sous le soleil de la création musicale… et cela prouve à mon avis une chose c’est que les mots ont le dessus… et la musique aussi belle soit-elle ne devient qu’un pardessus pour dames chics dans ces oeuvres conceptuelles ! De toute façon restons lecteur et mélomane… le meilleur est dans le mix (eur) up !

Merci Miss trotinette pour ce scoop renversant; soignes toi bien et reviens nous vite la semaine prochaine pour de nouvelles aventures surprenantes.

Bon lundi, bonnes vacances à Mister Cui Cui et aux autres évidemment…



dans la maison de chris la toulousaine le crépi nous surprend…

chris1.jpg

chris3.jpg chris2.jpg  chris4.jpg  chris5.jpg

… dans la maison de chris la toulousaine, petite mais charmante… on y découvre des trésors d’imagination, des assemblages d’objets comme une collection personnelle et permanente. Le tout se situe dans le vivant quartier Arnaud Bernard où l’on peut voir sans difficulté la maison de claude sicre un des deux (avec ange b) troubadours ethno pop du fameux goupe fabulous trobadors. Nous arrivons dans une rue calme, et en arrière cours après un petit jardin collectif nous tombons sur le chalet toulousain où habite notre amie. Nous sommes rassurés, le tout est coquet et non dénué de charme. On y découvre des objets hétéroclites assemblés pour le confort des yeux (couleurs harmonieuses, camaïeux de fushia, de mauve, des coutils…) et le charme des corps (poufs, fauteuil bridge, banquettes, lit lounge…) et une ambiance atemporelle aux parfums mauresques. On peut aussi remarquer un crépi très très original que notre hôtesse se défend d’aimer et de subir, mais qui avec du recul constitue une sorte de « frise peau » au charme un brin désuet. Observez aussi au mur un tableau collector du peintre Tristan Rà… Charme et intimité pour ce cocon toulousain qui nous attirera de nouveau avec grand plaisir !

Vous l’avez remarquez, cette chronique, reprends une habitude commencée ici et quelque peu oublié présenter et évoquer la maison de mes amis (du moins celle de ceux qui je pense ne me feront pas de procès !). Cette série complète dans la salle de bain de…

Prochain épisode, dans la maison de La petite souris… (si je retrouve certains clichés pris à la sauvette il y a quelques mois !).

Bon dimanche, soleil et bulles d’air à tous…

 

 

 



czerkinsky, natacha et le coing ne sont pas soldés…

http://www.dailymotion.com/video/x1lc8q

 

… parfois on parle de chose sans importance, on se remémore des souvenirs entre amis… on recherche désespérément un titre de chanson, un refrain, un chagrin… et l’on se rappelle que l’on a aimé ensemble une chanson… Dimanche dernier ce fut le tout de la fameuse Natacha par la météorite discrète qu’est grégory czerkinsky… ex comparse de Pascale Borel dans leur duo coloré et frais Mikado… nous étions dans les années 80. Natacha vient plus tard et me poursuit avec bonheur. Soudain, hier soir Odile dR me fit le plaisir de m’offrir son cd de l’ami Czerkinsky qu’elle retrouva dans sa pile de cd… avec en bonus un pot de gelée de coing pour Mister Cui Cui confectionné par Jeanne de Aucazein. Nous l’avons dégusté ce matin vous dire quelle est succulente est un léger euphémisme ! La vie n’est-elle pas belle les amis…

Donc c’est décidé grégory czerkinsky, natacha et la gelée de coing ne sont pas soldés chez christorama…



je dis quizz 19 : la course essentielle…

quizz19.jpg

Le quizz de cette semaine renoue avec mon plaisir permanent et cinéphilique, les images en mouvement avec des histoires, des mots et de la musique… des émotions et des fulgurances… Voici donc une image extraite d’un très beau film que j’ai vu hier soir et qui m’a fait un bien fou tout en me boulversant profondement. Ils sont jeunes, ils sont beaux, ils sont intelligents, ils sont rigolos et pourtant ils ne sont pas si insouciants que cela… le monde est imparfait, ce filme le souligne et nous laisse médusé… la vie est une réalité onirique. De quel film s’agit-il et quel en est son jeune et attachant réalisateur… Petit indice le film fut réalisé en 2006 et ne sorti en france qu’en 2007.

A vous de jouer ici ou sur : christo.malabat@infonie.fr

Vous avez été peu nombreux à trouver la réponse à Je dis quizz 18 : le très nouveau et tant attendu album des incontounable inventeur de la trip hop les bien nommés Portishead… qui nous reviennent avec la tornade Third qui sort ces jours-ci.

Le gagnant de Je dis quizz 18 est après tirage au sort par Maître Cui Cui est… l’ami Yann 1er qui me fait le plaisir de venir journalièrement ici et de participer à ce petit jeu. Il recevra très prochainement un cadeau inspiration très christorama… le bonheur en définitive !

Merci à tous de votre participation et bonne chance pour cette semaine…

 



un semblant de toscane…

airdeflorence.jpg

christo, toulouse, avril 08

petits souvenirs de deux jours roses.

Episode 2 : un semblant de toscane…

… soudain un samedi 19 septembre, en se baladant dans toulouse je fus saisi d’une agréable impression, le soleil était là, un vent vivifiant aussi, le ciel bleu peint de masse douces et cotonneuses, les murs rosés et mon esprit ailleurs. L’eau clapotait et les conversions heureuses. J’avais la douce impression de me retrouver dans un roman de EM Forster ou d’Elizabeth Von Arnim… entre Avec vue sur l’Arno (Chambre avec vue) ou Avril enchanté… et pourtant je n’étais qu’à toulouse, bien entouré certes, et en 2008… Mon esprit avait simplement fait un saut temporel, une éclipse mnésique, une collision affective, une madeleine narrative… J’étais en toscane ou près de gènes et je ne le savait pas… tout était bien et j’étais serein…

vendredi dans l’Episode 3 nous découvrirons : Le rose comme une ambiance de campagne…



théières dans une ville rose…

thiresdansunevillerose.jpg

christo, toulouse, avril 08

petits souvenirs de deux jours roses.

Episode 1 : théières dans une ville rose…

… voici une mini-série qui va prendre sa place dans les jours qui viennent afin de vous présenter toulouse by christorama. Eh oui pour ceux qui ne le savent pas j’ai passé deux jours forts agréables à toulouse avec quelques amis chez la fameuse Chris la toulousaine. Un samedi lumineux au soleil de printemps, un dimanche ruisselant d’une pluie permanente et effrayante digne d’une ville du nord ! Finalement toulouse est pleine de ressource pour surprendre un bordelais comme moi !

la première photo évoque l’ambiance très cosy et agréable d’un salon de théps où nous avons déjeuné et discuté de longues heures. Le thé Keemun OP fut un régal de découverte, le repas savoureux et les débats joyeux. C’est dans cette ambiance heureuse que nous avons fait un mini séminaire sur l’intérêt, le contenu, les audiences, les thématiques et séries, des blogs amis et ennemis… et du mien plus particulièrement. Il en est ressorti de nouvelles idées, des promesses et une envie de continuer à (j’espère) vous faire plaisir et vous surprendre ! Finalement je crois que le thé à des vertus euphorisantes et stimulantes…

demain dans l’Episode 2 nous découvrirons  : Le rose comme un semblant de toscane…



police post-it…

snaketoulouse.jpg

christo, le serpent, toulouse 08

… et bien nous voilà enfin au courant, tout est soudain et chagrin, les webcams que l’on adore envahissent les rues, les villes, les parkings, les centres commerciaux, les transports en commun (soit dit en passant pour notre bien et notre sécurité… mais c’est vrai que nous y tenons !)bientôt les plages, les stations de ski, les wc publics…  (c’est peut être déjà fait !). Les caméras (de vidéo(égo)surveillance) sont dans nos maisons, pour l’instant quelque peu domptées par leurs maîtres mais déjà le syndrome est là avec des bloggeurs qui se filment 24h/24 et mettent leur vie en life sur internet. C’est moderne et renversant. Et la police est aussi invitée à renseigner un logiciel pour tout signalement de plaintes ou délits. Aie aie… la CNIL va avoir du travail… elle veut travailler mais on semble l’inviter à ralentir son labeur… car elle serait trop vaillante… Il en faut tout de même pas exagérer… d’un côté on va pénaliser les chômeurs qui au bout de six mois ne trouvent pas ou ne souhaitent pas travailler pour 10 pipaces. Mais ailleurs on va limiter l’envie de faire ce pour quoi la CNIL fut créée afin de dégommer plus vite la vie privée et les libertés de notre doux pays… Miss Trotinette nous informe de ce scoop renversant et énervant… navrant, décevant… et finalement évident depuis que la France est folle… au fait depuis quand a-t-elle perdue la raison notre douce country ?

« Ardoise, le logiciel de fichage policier au coeur de la polémique 

La Cnil interpelle la ministre de l’Intérieur et demande des précisions sur les informations stockées dans un fichier de police en test. 

Il y a eu l’histoire de l’adresse e-mail mise en place par la police du Var pour signaler des délits. Il y a maintenant le logiciel de police recensant des données sur le mode de vie et le profil des personnes. C’est le logiciel Ardoise (Application de recueil de la documentation opérationnelle et d’informations statistiques sur les enquêtes), qui doit remplacer l’actuel logiciel de rédaction de procédure (LRP) et le Stic (Système de traitement des infractions constatées). Et c’est la polémique du moment.  Après avoir été dénoncé par le Collectif contre l’homophobie, il fait l’objet d’une demande officielle de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), qui a adressé un courrier à la ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie. La Cnil a en effet été saisie par trois associations, le Collectif contre l’homophobie, les Oubliés de la mémoire et l’association des policiers gays et lesbiens, Flag, ainsi que par le président de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité. Le président de la Cnil, Alex Türk, tient notamment à signaler que la mise en oeuvre d’un tel outil « ne peut être créée que par un décret en Conseil d’État pris après avis de la Cnil ». Ce qui apparemment n’a pas été le cas. Or, Ardoise est actuellement en test au service central de la documentation criminelle de la police d’Ecully, dans la banlieue de Lyon, et doit être déployé en mai prochain. Un plan de formation est en route depuis le dernier trimestre 2007. 

Homosexuel, permanent syndical, drogué, handicapé… 

Ce sont justement des policiers en formation qui se sont alarmés de ce qu’ils ont découvert et ont averti syndicats et associations. Ardoise comprend une rubrique intitulée « Etat de la personne » qui permet d’entrer dans le fichier si une personne venue déposer est handicapée, homosexuelle, permanent syndical, si elle fréquente des prostituées, si elle fait usage de drogue, etc. Et cette rubrique vaut quel que soit le statut de la personne : victime, témoin ou mis en cause. 

« C’est une rupture fondamentale avec les pratiques précédentes, estime-t-on au Collectif contre l’homophobie. Cette rubrique n’existait pas dans les logiciels précédents. Jusque-là, on qualifiait les faits, les infractions. Là, on s’intéresse au profilage des personnes. Quel intérêt, pour quelqu’un qui vient déclarer un vol de véhicule, de savoir s’il est permanent syndical ou homosexuel ? » Dans le droit français, cette approche ne concerne que les prévenus, faisant l’objet de poursuites judiciaires ».

Merci à Miss trotinette pour cette nouvelle qui nous réveille en ce début de semaine… à la semaine prochaine pour être encore renversé… et à demain pour voyager encore quelques instants, avec vous, au coeur de mon dernier week-end très rose…



la petite phrase d’aimé césaire…

aimcsaire.jpg

Aimé Césaire, député-Maire de Martinique à son arrivée à Paris dans les années 60

La petite phrase de la semaine :

« L’homme de culture doit être un inventeur d’âmes »

Aimé Césaire (1913-2008)



123

Les Créations de Cindy |
Aux Arts etc... |
yannickguilloguitariste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des animes en directe
| diattadavid03
| raph's blog