albin de la simone aime lire…

albincatastrophe.jpg

… scoop ce jour, en écoute après Bungalow ! d’un deuxième titre du nouvel album du doux et talentueux Albin de la Simone.

Il s’agit de J’aime lire…. ici

Ou comment patienter de manière impatiente avec cette belle chanson aux sonorités légères et risquées… déjà un grand classique de mon univers musical.

vivement le 14 avril 08 ! 



la petite phrase de jean-luc lagarce…

lempickadormeuse2.png

 

la petite phrase de la semaine :


« Parfois, mais pas trop souvent, tout de même, juste les derniers temps, parfois se souhaiter à soi-même « bonne nuit » avant de s’endormir. Et s’endormir ».

Journal 1977-1990, de Jean-Luc Lagarce, aux Solitaires Intempestifs.

lagarcejjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjj.jpg



katerine a un gros cube…

katetlegroscube.jpg

… toujours là où l’on ne l’attends pas ce cher Katerine le voici en duo avec un musicen de jazz, ils se sont paxés !

Le Gros Cube VS KATERINE

Le Pax

01. Où Je Vais la Nuit
02. Autour des JArdins Anglais
03. Chanson des Jours Bénis
04. murmures
05. lost in copenhagen
06. Copenhague
07. le jardin botanique
08. compilation jazzistique

« Katerine, Alban Darche.
Ils se sont croisés. Se sont reconnus, se sont plu. Ils se paxent. Normal. Ils auraient très bien pu passer l’un à côté de l’autre mais, bon, il y avait le minimum de ces coïncidences dont on s’émerveille quand on tombe amoureux avant d’apprendre que les couples ont toutes les chances de se former entre gens de la même aire géographique, du même âge et du même milieu social.
Cela dit, des gens on en croise, et le plus souvent, ça s’arrête là. Ces deux-là, sont allés (un peu) plus loin, parce qu’ils se sont trouvé d’autres points communs. Cette même rare élégance de ne rien lâcher, de faire le boulot le plus consciencieusement du monde. Et surtout ce rapport très particulier au monde, cette manière assez déstabilisante de manier en même temps le premier et le troisième degré, de concilier recul ironique et engagement frontal.
Faut pas non plus rêver : ce disque, ce n’est pas une histoire de couple. Juste une rencontre, un moment privilégié qui voit la pop de Katerine se fondre dans les compositions et les arrangements d’Alban Darche, et le jazz solide et facétieux du Gros Cube être totalement au service des mots de Katerine.
Le Pax : un vrai disque de jazz qui a parfaitement sa place dans l’intégrale des oeuvres de Katerine.
Le Pax : un nouveau CD de Katerine qui doit évidemment être placé dans la catégorie « jazz d’invention ».
Ca va encore être simple à ranger ! » Thierry Mallevaes

en écoute exclusive ici : le jardin botanique version gros cube…



my bloody Valentine…

valentine.jpg

 

 

… bien avant l’informatique, le pc, l’ordi, Miss Valentine était un objet de séduction et de progrès. La machine à écrire dessinée par le grand designer italien Ettore Sottsass fut un objet de désir et d’élégance. Je n’avais que 3 ans au moment de sa sortie en 1969 et pourtant je l’ai vu, apperçu, aimé et touché dans ma jeunesse… donc Valentine est un doux souvenir infantile qui reste quelque part dans ma mémoire.

« Le légendaire designer et architecte italien Ettore Sottsass est mort lundi 30 décembre 07 à l’âge de 90 ans. Père de la célèbre machine à écrire « Valentine » qu’il dessina en 1969 pour Olivetti, il était considéré comme un des designers les plus importants du XXèle siècle.
Après avoir été consultant pour Olivetti, où il participa entre autre à la création du premier oridnateur italien ‘Elea’, il fonda le célèbre Groupe de Memphis, puis entama une longue collaboration avec l’éditeur Alessi. Il marqua le design par ses créations colorées aux formes radicales.

Le créateur toucha par moment à d’autres domaines de création. Ainsi dans les années 70, ses réflexions sur l’architecture moderne l’amène à réaliser une série d’installations, qu’il photographia lui-même, et qu’il baptisa « Metaphores ». Des escaliers perdus dans un désert, ou encore quelques branches pour signifier une porte sur la nature : Ettore Sottsass s’interroge sur le rapport entre l’architecture, l’homme et à la nature. Une facette moins connue du créateur, proche de l’art conceptuel et du Land Art, signe d’un artiste en perpétuelle évolution. » source : www.usign.com

 

> Ettore Sottsass sur Wikipedia
> La Collection Memphis au Design Museum de Londres
> Plus d’infos sur l’exposition ‘Contre-design’ consacrée aux installations et autres projets radicaux du designer en 2006

 

… un hommage rouge et flamboyant à Valentine et à Ettore Sottsass…



les années Ernaux on the radio…

lesannes.jpg

photo, christo, mars 08

… je savoure ce très beau livre offert par deux amies qui passent souvent par ici et je vous invite à vous coucher tard en écoutant Annie Ernaux invitée de l’indispensable émission d’Alain Venstein « Du jour au lendemain » sur France Culture (de 11h30 à 00h10).

40 minutes intime avec un auteur et un livre… ne ratez pas cela.

Le livre commence par :

Toutes les images dispaîtront (page 11)

et se termine par :

Sauver quelque chose du temps où l’on ne sera plus jamais (page 242)

entre les deux… les années passent impersonnelles et collectives…

 

les années Ernaux on the radio... dans christoflash vide
 

Annie Ernaux dans « Du jour au lendemain » ici :

 

vide dans les mots élégants

L’intention

Minuit… A France Culture, il y a déjà un moment qu’Alain Veinstein ne demande pas la permission de minuit. Il sort à la nuit noire à la recherche d’un peu de couleur. Des couleurs qui ressembleraient à des accents de vérité comme quand, dans un moment de disponibilité, on se parle vraiment.
Chaque nuit donc, un entretien, souvent avec un écrivain, toujours en tous cas avec un homme ou une femme de parole.
Un entretien, pas une interview… une rencontre plutôt.
Car il s’agit toujours de faire connaissance avec quelqu’un.
D’écouter une voix.
D’approcher l’intensité d’une présence.

vide

La forme

Conversation à deux voix

jourlendemain.jpg



bling-bling l’histoire à part…

histoire.jpg

dessin in :  www.1erdegre.ch 

… à l’heure des gratuits saluons l’initiative d’Edwy Plenel, courageuse et très risquée du nouveau journal du net mediapart,  diffèrent et (très) payant ! L’idée m’intéresse mais pourtant m’intérroge… quelques avis croisés et opposés sur kelblog. En tout cas en le lisant ce dimanche je suis tombé sur l’édito participatif suivant qui montre que l’histoire est renversante ou renversée : 

Usages et mésusages de l’histoire

« Colonisation, Esclavage, Guy Môquet.. L’histoire ne cesse de susciter débats et controverses dans l’espace public. Le Président de la République en fait un large usage depuis la campagne électorale même. Comment saisir ces enjeux ? Comment cerner le rapport des sociétés contemporaines au passé ? Comment certains épisodes historiques deviennent-ils si parlants pour notre présent ? Quels sont les visées politiques des différents usages publics de l’histoire ? Quel rôle les historiens peuvent-ils jouer pour éclairer leurs concitoyens ? Ici les historiens, enseignants et chercheurs apportent leur contribution critique à ces débats ».

et parmi les intélligentes contributions je souscris à celle de Nicolas Offenstadt, agrégé et docteur en histoire, et sa définition de l’histoire bling-bling :

« L’histoire bling-bling c’est ensuite le grand mélange où tout s’entrechoque comme dans une boîte de nuit où les néons tournent à plein : des grands noms (Jaurès ou Jeanne d’Arc), des grands événements (les Croisades ou la Seconde Guerre mondiale), le tout mélangé sans hiérarchie, sans contexte, sans souci d’explicitation. Evidemment les enjeux sont là politiques, bâtir de l’unanimité, comme un parti unique de la mémoire nationale, faire comme si les clivages n’existaient plus, comme si l’histoire n’était pas le fruit de tensions, sujettes à interprétations difficiles, incertaines parfois.
L’histoire bling-bling est, on s’en doute, une histoire pipole. Les grandes figures sont valorisées, louées, mises en scène. Guy Môquet le premier, qui fut transformé en icône nationale chargée de valeurs, plus ou moins consensuelles, hors de tout contexte historique, de tout effort de compréhension de ses engagements propres.
L’histoire bling-bling, c’est enfin une histoire dont les discours s’effacent aussi vite qu’ils sont apparus, un présent dévorant d’icônes et de flashs. Il n’y aura plus de singularisation de Guy Môquet l’année prochaine, mais un hommage aux jeunes de la résistance… de même, aussitôt annoncé le projet de parrainage d’un enfant victime de la Shoah par un élève du primaire est déjà abandonné en tant que tel.
L’histoire bling-bling est une histoire de consommateurs, pas une histoire de citoyens. L’histoire bling-bling brille mais n’éclaire pas. L’adhésion contre la réflexion ».
Nicolas Offenstadt

source : mediapart

… brillant et renversant… à la semaine prochaine pour un autre scoop… 



nous sommes trois dans les vignes…

vignesmars08.jpg

photo : christo, mars 08

… un samedi de mars nous marchons dans un village de gironde, regardons les maisons, les jardins, les arbres, les nains de jardins, les toitures défaites ou refaites, entre apercevons des gens, quelques bonjours furtifs, une belle demeure et son parc, une église, une maison habitée jadis par certains d’entre nous… et nous voilà trois… ou bien plus dans les vignes de mars 2008… C’était hier…



la petite phrase de jacques lévy…

plante.jpg

 

La petite phrase de la semaine :

« Le monde n’a pas d’ennemi, il a des problèmes… »

Jacques Lévy, Professeur de géographie du politique à l’Université de Lausanne (interview in Sciences Humaines, mars 08)



je dis quizz 16 : la vie est musicale…

quizz16.jpg

Dans la série Je dis quizz 16  voici une photo d’un film qui chavira ma jeunesse grâce à son esthétisme léché, sa musique, son histoire, ses acteurs, son univers propice à l’évocation de l’âge d’or du cinéma… Comme toujours la question de cette semaine est fort simple… faîtes appel à vos souvenirs. Il s’agit d’un film réalisé par un très grand réalisateur… quelque peu, et fort injustement déprécié, depuis deux décennies :

De qui est ce film et quel est son titre ?

Comme toujours vos pistes ici ou sur christo.malabat@infonie.fr.

Concernant la réponse à Je dis quizz 15, il fallait trouver le sublime film Dolls du génial Takeshi Kitano dont je suis fan depuis ses premiers films… Jugatsu (1990), Sonatine (1993) et Aniki, mon frere(2000). Il y compose des personnages mutiques et inquiétants, que son visage à moitié paralysé (à la suite d’un accident de moto en 1994) contribue à rendre plus égnimatiques ou encore le très pictural Dolls inspiré du théâtre de marionnettes japonais bunraku en 2003. Un an plus tard il réalise le quasi-autobiographique Takeshis’, dans lequel il montre ses multiples facettes en confrontant deux personnages qu’il incarne lui-même, le premier étant le Takeshi célèbre, public et le deuxième un sosie qui n’arrive pas à exister dans l’ombre de son célèbre clone.

Parmi les bonnes réponses et après tirage au sort par les mains innocentes de Mister Cui Cui… la grande gagnante estNadine S… elle aussi je crois grande admiratrice de Kitano. Bravo à toi Nadine S… merci de ta participation et très bientôt tu recevras un cadeau très christorama… surveilles bien ta boites aux lettres et soit très gentille avec ton petit facteur !

Bravo aussi à tous les participants et bonne chance à vous tous pour cette semaine…



du côté des mots de Marcel Proust…

Image de prévisualisation YouTube

… ils parlent d’un livre, de mots, d’une oeuvre… ils sont impressionnés et le disent tout haut… aimer les livres c’est aussi en parler autour de soi et ici…



1234

Les Créations de Cindy |
Aux Arts etc... |
yannickguilloguitariste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des animes en directe
| diattadavid03
| raph's blog