bling-bling l’histoire à part…

histoire.jpg

dessin in :  www.1erdegre.ch 

… à l’heure des gratuits saluons l’initiative d’Edwy Plenel, courageuse et très risquée du nouveau journal du net mediapart,  diffèrent et (très) payant ! L’idée m’intéresse mais pourtant m’intérroge… quelques avis croisés et opposés sur kelblog. En tout cas en le lisant ce dimanche je suis tombé sur l’édito participatif suivant qui montre que l’histoire est renversante ou renversée : 

Usages et mésusages de l’histoire

« Colonisation, Esclavage, Guy Môquet.. L’histoire ne cesse de susciter débats et controverses dans l’espace public. Le Président de la République en fait un large usage depuis la campagne électorale même. Comment saisir ces enjeux ? Comment cerner le rapport des sociétés contemporaines au passé ? Comment certains épisodes historiques deviennent-ils si parlants pour notre présent ? Quels sont les visées politiques des différents usages publics de l’histoire ? Quel rôle les historiens peuvent-ils jouer pour éclairer leurs concitoyens ? Ici les historiens, enseignants et chercheurs apportent leur contribution critique à ces débats ».

et parmi les intélligentes contributions je souscris à celle de Nicolas Offenstadt, agrégé et docteur en histoire, et sa définition de l’histoire bling-bling :

« L’histoire bling-bling c’est ensuite le grand mélange où tout s’entrechoque comme dans une boîte de nuit où les néons tournent à plein : des grands noms (Jaurès ou Jeanne d’Arc), des grands événements (les Croisades ou la Seconde Guerre mondiale), le tout mélangé sans hiérarchie, sans contexte, sans souci d’explicitation. Evidemment les enjeux sont là politiques, bâtir de l’unanimité, comme un parti unique de la mémoire nationale, faire comme si les clivages n’existaient plus, comme si l’histoire n’était pas le fruit de tensions, sujettes à interprétations difficiles, incertaines parfois.
L’histoire bling-bling est, on s’en doute, une histoire pipole. Les grandes figures sont valorisées, louées, mises en scène. Guy Môquet le premier, qui fut transformé en icône nationale chargée de valeurs, plus ou moins consensuelles, hors de tout contexte historique, de tout effort de compréhension de ses engagements propres.
L’histoire bling-bling, c’est enfin une histoire dont les discours s’effacent aussi vite qu’ils sont apparus, un présent dévorant d’icônes et de flashs. Il n’y aura plus de singularisation de Guy Môquet l’année prochaine, mais un hommage aux jeunes de la résistance… de même, aussitôt annoncé le projet de parrainage d’un enfant victime de la Shoah par un élève du primaire est déjà abandonné en tant que tel.
L’histoire bling-bling est une histoire de consommateurs, pas une histoire de citoyens. L’histoire bling-bling brille mais n’éclaire pas. L’adhésion contre la réflexion ».
Nicolas Offenstadt

source : mediapart

… brillant et renversant… à la semaine prochaine pour un autre scoop… 



Les Créations de Cindy |
Aux Arts etc... |
yannickguilloguitariste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des animes en directe
| diattadavid03
| raph's blog