le Rodéo par Olivier Gallis…

dessinachille.jpg

dessin d’Achille B, février 08

… Quel plaisir de recevoir ce mercredi comme Invité Libre l’ami auteur, compositeur, chanteur Olivier Gallis qui de ses ambiances brumeuses et épiques nous raconte un  (son) dimanche et nous dévoile ses pensées propices à la création d’une chanson… encore inédite (du moins je crois !) :

« Dimanche. Documentaire sur un domadorpatagon. Borges et Rulfo respirent derrière moi. Le chat s’en fout – tu peux toujours lui murmurer ce que tu veux à celui-là. L’homme est un héros, au sens ancien, ni-pompier-ni-urgentiste-encore-moins-aristocrate-de-robe-hyperactif, insaisissable, le mot rare, l’œil fendu, la main ferme, un caillou dans la plaine. Une figure à phantasme. Une énigme ? Non. Un philosophe de l’hémisphère sud : si les mots servent à dépouiller le réel, ici, nul besoin d’eux. Il dresse les chevaux sauvages, c’est-à-dire qu’il les rudoie ou les caresses ; c’est selon. Il les embrasse aussi. Il sait la distance.

Et puis il gagne. Des rodéos. Pour l’argent et pour gagner. On le chante. Comme Roland et Rodrigue.

Et il trimballe son fils dans son pick-up pourri pour lui montrer le chemin. Dans l’immensité. Il est temps de laisser la place.

L’homme qui ne tombe pas à pic.

Et tout cela c’est beau. Parce que c’est brut, ample. Exacerbé par le décor, bien sûr. Mais une équation simple. Parce que, comme l’écrit Rilke, il y a beaucoup de beauté partout, et dans l’homme et dans le paysage. Question de point de vue, de perspective – de choix.

Je pense à deux vers de Supervielle,

Je cherche une Amérique ardente et plus ombreuse… Quand les chevaux du temps s’arrêtent à ma porte… 

J’attendais un murmure pour finir une chanson.

Amitiés,

OG

 

Mal à l’aise sur l’alezan – tu t’accroches à ce cheval 

Tu t’accroches au fil des ans, tu repenses à Retamal 

 

Vas-tu mordre la poussière… as-tu peur de la poussière… 

Ce qui t’a poussé là : 

Quelques pessos et l’ennui -l’ennui 

 

Mais rassure-toi 

On ne tombe jamais plus bas 

Que terre 

 

Tes amours américaines rangées en file indienne 

Dans la ruade, bancal, vertige horizontal 

 

As-tu trouvé ta place, seul en selle au final 

Que la foule se défoule 

Tu te fous de tout ça 

 

Tu le sais bien 

On ne tombe jamais plus bas 

Que terre 

 

Sens-tu venir le vent qui s’offre à tes lèvres 

L’enfant s’éveille 

Te ressemble sûrement 

 

Qu’importe la poussière 

Dompter ce cheval 

 

Rodéo dans ce désert 

 

A la longe la montagne 

Te surveille 

Gagne 

 

Et rassure-moi 

On ne tombe jamais plus bas 

Que terre »

Un grand merci à mon ami Olivier Gallis d’avoir joué le jeu de cette invitation, les mots, la création, le sens des liaisons, la terre comme repos, les histoires qui finissent ailleurs… le tout mixé pour nos oreilles sélectives… Il sera en concert bientôt ici : le 27 mars à Bordeaux, tribute Daho @La Politique et le 12 avril au Bokal, deux perspectives sonores agréables à ne pas rater…

La semaine prochaine… l’invité(e) libre sera teinté(e) de surprise…



Les Créations de Cindy |
Aux Arts etc... |
yannickguilloguitariste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des animes en directe
| diattadavid03
| raph's blog