pourquoi aimer Olivier Gallis ?

oliviergallis1.jpg

… dans l’univers des jeunes chanteurs pop bordelais il est parfois important et nécessaire de s’intéresser à quelques univers singuliers qui accrochent et agrippent les oreilles, les tempos, les mots et nous invitent à autre chose. Dans ce monde de confrontation des émotions musicales des uns et des autres, de l’artiste et le mélomane, Mister Olivier Gallis est une invitation agréable…

Découvert début 2007, vu plusieurs fois sur scène, écoutes nombreuses de ses chansons et l’impression familière de partager un monde imaginaire similaire fait à la fois de souffles littéraires et de cinématographies épiques. Entre chien et loup ou clair obscur, le voyage est immédiat, des personnages sorties de la littérature slave, aux destins singuliers, emprunts de solitude, des contes d’adultes aux ambiances dépressives, le temps est perdu, les amours envolées, le chemin boueux… le rêve panoramique mais irréel. La voix est belle, grave et sombre, blues  et pop… elle dépeint l’intimité comme un paradoxe, les arrangements simples vont à l’essentiel, des notes subtiles sur un piano, des accords sur une guitare, seul ou bien accompagné (Vincent Mouchès à la guitare). Le climat est total et la cheminée apparaît lorsque l’on ferme les yeux. Olivier Gallis ou le ménestrel de notre époque. En plus et cela ne gâche rien à l’affaire le personnage, jeune homme élégant évoque les dandys du 19ème siècle, le verbe bien posé, l’attention charmeuse… un creuset de plaisir à écouter, à voir, à aimer… en concert (le personnage est un peu distant comme son univers musical), autour d’une bière raffinée, sur disque, dans nos esprits… Voilà pourquoi j’aime beaucoup l’univers d’Olivier Gallis… mes oreilles ont entendus que je n’étais pas le seul… partageons ce qui nous fait du bien…

D’autres sont à repérer dans cette nouvelle, émergente et j’espère en devenir, scène pop bordelaise… Jade, Egon, Corde Brève… pour d’autres évocations plus ou moins lointaines.

un bout de l’univers d’Olivier Gallis ici

Olivier Gallis, Lettre à Olga :



un tableau noir affectivo mnésique…

tableau.jpg

photo, christo, janvier 08

vous savez peut-être que la maison est en travaux constant, décoration progressive des certaines pièces jusqu’alors en jachère (wc, cuisine, salle de bain…). En ce moi de janvier Mister Cui Cui et moi-même sommes très actifs autour de l’éffacement progressif de l’ancienne cuisine aménagée version chapeau de gendarme et couleur chêne clair au profit de ligne plus épurées de couleurs Havane… Notre labeur prend fin ou presque… en voilà une preuve non figurative, un mur magnétique et tableau noir, ambiance école primaire à l’époque ou la craie avait encore une forme, une texture, un bruit, une poussière… Quelques objets pense amis, pense quotidien, pense bête… : une carte postale de Miss Gridoux pour nous souhaitez ses bons voeux, une photos de nos, amis de Philadelphie (Hi Lisa and Andy !), un bon de réduction pour une lessive (tout est quotidien mes amis), un pass ciné de télérama que je pense nous n’aurons pas le temps d’utiliser d’ici sa fin de validité (nous sommes trop pressés c’est un danger !), un mot pour ne pas oublier un produit ménager (tout est quotidien bis)… Le début de l’utilisation de ce nouvel objet mémo affectio sensitif tableau aux magnets ronds et élégants de nos amis de la petite maison jaune… Si vous m’écrivez vous aurez suivant la qualité de votre carte poste l’honneur de vous retrouver épinglé sur ce tableau pour quelques heures, jours ou semaines cela dépendra de mon (notre) humeur… Affections du dimanche à vous tous…



Les Créations de Cindy |
Aux Arts etc... |
yannickguilloguitariste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des animes en directe
| diattadavid03
| raph's blog